Mes recettes à 3 francs 6 sous [ça fait combien en € ? ]

L'imagination, c'est économique ! Et il n'y a pas de honte à avoir à transcender des poêlées de légumes surgelées...

24 janvier 2010

Tuiles à l'orange, pana cotta vanille

Petit dessert qui allie la fraîcheur moelleuse au croustillant, le mariage de la panna cotta et de tuiles à l'orange confite termine tout en douceur et en parfums un repas  riche [ comme souvent en hiver ].
Les panna cotta ont l'avantage de se préparer à l'avance et d'être enfantines à réaliser. Les tuiles à l'oranges sont plus délicates [ mais qu'elles sont bonnes, oh là là ! ] et ne supportent pas l'humidité. Si, comme moi, vous les stockez dans un pièce trop froide, elles se ramolliront. Pas de panique, un passage à four doux leur a redonné toute leur croustillance !

Tuiles___l_orange_et_panacotta__a_

Ingrédients

Panna cotta
60cl de crème liquide entière
50 g de sucre
Vanille [ en grains, ou sucre vanillé, mais penser alors à réduire le sucre ci-dessus ]
3 ou 4 feuilles de gélatine, suivant la consistance désirée.

Tuiles à l'orange réduire les proportions si nécessaire Poivre_long
100g de farine
150 g de sucre glace
100 g de beurre
1 orange pressée et filtrée [ environ 20cl ]
Orange confite
Grué de cacao
Poivre long [ photo ci-contre ]
1 œuf

Quelques oranges à faire dorer [ facultatif ]


Préparer les panna cotta en faire chauffer la crème et le sucre, pendant que les feuilles de gélatine trempent dans de l'eau froide. Les essorer et les dissoudre dans la crème très chaude. Rajouter la vanille. Verser dans des moules en silicones passées sous l'eau froide, sans les essuyer. Mettre au frais.

Panacotta_

Presser l'orange, filtrer le jus.
Hacher très finement les écorces d'oranges confites ; j'ai utilisé pour la recette deux quartiers des oranges préparées ici. Je pense que 5 lanières d'oranges achetées déjà confites doivent suffire. Mélanger avec le jus d'orange. Mes oranges avaient gardé un parfum prononcé de cannelle et d'épices, qui s'est avéré très agréable dans les tuiles.
Faire fondre le beurre au micro-ondes, fouetter avec le sucre glace et une pincée de sel. Rajouter la farine -tamisée-. Quand la pâte est lisse verser le jus mélangé aux oranges confites, puis l'œuf.

Tuiles___l_orange_ingred

Préparer deux tôles à pâtisseries, recouvertes d'un tapis en silicone ou de papier sulfurisé.
Étaler la pâte avec un gros pinceau. Sur la photo vous voyez que l'épaisseur n'est donc pas régulière, cela n'a pas d'importance.

Tuiles___l_orange_pinceau

Faire cuire au four [ assez chaud ] en surveillant, dix à quinze minutes. Décoller avec une spatule. Et là, si vous pouvez être aidé vous donnerez des formes à vos tuiles, en les moulant autour d'un verre, en les entortillant autour d'un manche en bois.  Elles deviennent très rapidement fragile comme... des gavottes ! Mais en ont cette croustillance magique.

Faire quelques tuiles en les saupoudrant avant cuisson de grué de cacao. Ce sont celles qui ont eu le plus de succès !
Et, pour ceux qui aiment les saveurs sucrées-poivrées, râpez un peu de poivre long, qui est très chaud et assez piquant.

Tuiles_3_parfums

Les conserver à l'abri de toute humidité... ou, si le mal est fait, les faire réchauffer à four très doux. Elles redeviennent parfaites.

Tuiles_2_parfums

Démouler les panna cotta. Trancher à vif quelques oranges [ conserver le jus qui sera rajouté dans la poêle ], les faire dorer dans une lichette de beurre en les arrosant d'un peu de sucre, jusqu'à caramélisation. Caramel dont vous napperez de quelques gouttes les panna cota.
Dresser l'assiette où vous rencontrerez les différences de saveur, de consistance, et de températures.
La panna cotta très fraîche et douce, les oranges, un peu acides et bien chaudes, les tuiles aux trois parfums, toutes très croustillantes.

Tuiles___l_orange_et_panacotta__b_

Vous voulez imprimer la recette ?   


17 janvier 2010

Gratin de patates douces, "Candied sweet potatoes"

Mes enfants ont souffert en ma compagnie avec le mot "patate", que l'on utilise si communément en métropole [ en France ]... Venant de Tahiti , pour moi, la "patate" est toujours douce. L'autre, c'est la pomme de terre....Quand j'entendais le mot "patate" à la place de "pomme de terre" mon sang ne faisait qu'un tour. Oh, juste un petit tour, la moitié du globe...
Cette recette est typique des États-Unis, et cela a un lien avec Tahiti... A l'époque, il n'y avait pas d'aéroport sur l'île, et la majorité des produits que nous consommions et qui ne provenaient pas de la production locale venaient de ce continent là, le plus proche des paquebots.
Tenez, savez-vous comment nous faisions notre chocolat chaud ? Avec du lait concentré sucré, du cacao et de la poudre de lait. J'adorais tripatouiller le tout longuement, jusqu'à obtenir la bonne consistance, puis verser doucement l'eau bouillante !
La patate douce, surtout si elle de variété orange, est fondante, avec comme un petit air de châtaigne en bouche. Et avec des épices, c'est si bon ! Mais je vous connais, la quantité de sucre et de beurre va vous faire peur !

Patates_douces_macro

Ingrédients
1kg de patates douces
125g de sucre roux
50 g de beurre
1 citron bio
1 c à café de gingembre en poudre

Patates_douces_fruit

Laver puis éplucher les patates, les couper en deux et les faire cuire de 15 à 20 minutes dans de l'eau bouillante. La pointe du couteau doit s'y enfoncer. On peut aussi les faire cuire en robe, et les peler après cuisson.
Les couper en rondelles de 0,5 cm d'épaisseur.
Mélanger le sucre avec le zeste du citron et le gingembre.

Patates_douces_sucre

Beurrer un plat à gratin, y disposer la moitié des patates douces, couvrir de la moitié du sucre et recommencer. Parsemer avec le reste du beurre coupé en petits morceaux. Faire cuire pendant 20 minutes.

Patates_douces_a

Servir bien chaud, accompagné de crème fraîche froide.

Vous voulez imprimer la recette ?

 

12 novembre 2009

Perles du Japon et son caramel à la mangue

Une simple bouteille de nectar de mangue va me servir à préparer un entremets aux perles du Japon [ attention, c'est une forme de tapioca ! ] et un caramel de mangue pour accompagner une assiette agrémentée de quelques dés de fruits exotiques. Les sablés en crumble apportent juste la pointe de croustillance nécessaire. Un dessert très doux et frais, assez peu sucré... et même pas assez à mon goût !

Perles_du_Japon_mangue_A

Ingrédients
1 litre de nectar de mangue
1 petit ramequin de perles du Japon
quelques fruits exotiques frais, ou en conserve
Des sablés Sprits [ des vrais ou des faux ! ]
2 c à soupe de sucre

Verser dans les 3/4 du nectar chauffé, mais pas à ébullition, les perles du Japon. Ne pas faire bouillir et faire cuire une vingtaine de minutes en remuant très souvent. Les grains deviennent translucides quand ils sont cuits. Goûter et éventuellement sucrer suivant votre goût.
Réserver au frais.

Mangue

Avec le reste du nectar préparer le caramel en le faisant cuire à feu très vif dans une grande poêle, après y avoir rajouté un peu de sucre. En une dizaine de minutes il devient sirupeux. Stopper la cuisson quand il nappe la cuillère.

Caramel_et_sprits

Mixer les sablés en miettes fines.
Servir en moulant les perles du Japon dans un petit récipient passé sous l'eau froide, ou avec des cuillères.
Un autre dessert dont je raffole, puisque davantage sucré, ici, avec des perles du Japon cuites au lait de coco.

Vous voulez imprimer la recette ?

19 avril 2009

Crêpes, mes simples crêpes et celles d'E. de Pomiane

Parfois il m'arrive d'oublier que ce blog est avant tout la mémoire des recettes qui ont accompagnées l'enfance de mes 4 enfants. Mon cahier de recettes qui ne subira pas l'outrage des taches d'huiles ! J'ai publié ici le gâteau de crêpes, celui réservé aux grandes occasions, mais pas les toutes simples crêpes, fines et parfumées, accompagnées de leur plateau chargé de confitures, sucre, sirop d'érable et Nutella bien sûr ! Que de repas-crêpes ai-je pu leur faire, le dimanche soir ! Cela adoucissait leur amertume de voir le week-end déjà fini !
Quant aux "crêpes roulées" du gastronome Édouard de Pomiane [1875-1964]... quelle jolie surprise...  Docteur ès sciences, médecin, ses recherches l'amènent à étudier la physiologie de la digestion, qu'il transformera en recherches sur la gastrotechnie... ou technique de la gastronomie. Pour lui, cuisiner est toujours un mariage d'amour et d'ingrédients. "Il est de la musique comme de la cuisine, la gastrotechnie en est le solfège... "

Cr_pes__Pomiane_a

Cr_pes_dentelle
Ingrédients
8 œufsCr_pes_rhum
500g de farine
1 c à soupe d'huile et une pointe de sel
1 l de lait
1 petit verre de rhum vanillé
Laisser reposer la pâte au moins deux heures. rajouter le rhum au moment de faire cuire les crêpes, pour en garder le parfum.

Pour la version de M. Pomiane, rajouter
Crème fraîche épaisse
Confiture de fraises [ et d'abricots ]
Rhum

Faire cuire les crêpes à feu assez vif en s'aidant, afin de graisser les poêles, d'une pomme de terre Cr_pes_pour_huilertranchée par son milieu , piquée d'une fourchette et trempée dans un ramequin d'huile.

Ou, comme le faisait E. de Pomiane, avec un petit nouet de toile fine contenant une grosse noix de beurre.

Deux méthodes pour garder les crêpes au chaud ; les poser, couvertes d'une assiette, sur une casserole d'eau bouillante, ou leur faire faire un détour au micro-ondes, bien couvertes, et en petites quantités.

A la maison, chacun se sert alors, décollant une à une les crêpes parfumées, saisissant le pots, les bocaux. les crêpes ne sont jamais assez garnies au début ! Puis, la faim étant apaisée, la gourmandise permet le simple voile de sucre, la larme de sirop d'érable... 

E. de Pomiane les servait parfois dans un habit de flammes...

Cr_pes__Pomiane_montage"Je prends chaque crêpe [ deux par convive ], je la tartine sur les 3/4 de sa surface avec de la crème de lait très épaisse, puis avec un peu de confiture de fraises. Je roule la crêpe comme une cigarette. 
Elles attendront la fin du repas.(...)

Je dépose une gros morceau de beurre sur un poêle mise sur le feu. Je le laisse fondre et je pose 8 crêpes roulées  les unes à côté des autres. Ça crépite, les rouleaux rissolent, je les retourne.

Cr_pes__Pomiane_se_dorent

Je les pose sur le plat. Je saupoudre de sucre. J'arrose de cognac [ j'ai mis du rhum ] légèrement chauffé, j'enflamme avec une allumette. Je coupe l'électricité, je porte mon plat sur la table. C'est de la joie ! Et l'on boit un doigt de Sauternes. "

De la joie, et un plaisir exquis. Ces crêpes roulées sont tout bonnement délicieuses.

Cr_pes__Pomiane_bCr_pes__Pomiane_macro









Vous voulez imprimer la recette ?

Par CookEco - Entremets et douceurs - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2009

Panna cotta réglisse et sa gelée de thé à la menthe

Je rêvais depuis longtemps de réglisse en poudre ! Et j'en ai enfin trouvé ! Je raffole de son goût sucré et légèrement salé, de son parfum d'écorce ! à peine avais-je le sachet dans mes mains que l'envie d'une panna cotta germa.
Quant au mariage des saveurs je dois tout à mon infusion préférée, "Saveur du soir", au parfait goût réglisse menthe.

Panacotta_r_glisse_th____la__menthe_A

Ingrédients panna cotta
500g de crème fraîche liquide, soit environ 2 petits packs
5 feuilles de gélatine [ ou trois si vous la préférez moins ferme ]
2 c à café de poudre de réglisse

Panna_cotta

Faire chauffer la crème, pendant que les feuilles de gélatine trempent dans de l'eau froide. Les essorer et les r_glissefaire fondre dans la crème chaude.
Rajouter la poudre de réglisse [ testez suivant votre goût ] et verser en terrines [ des bougeoirs Ikéa ici ] et dans des grands verres, pour les gourmands comme moi ! Je n'ai pas sucré la préparation [ et certaines bouches sucrées l'ont regretté ]. Laisser au frais pour deux heures avant de verser la gelée de thé.

Ingrédients gelée de thé
3 feuilles de gélatine
un peu de sirop de sucre
2c à soupe de thé vert à la menthe [ ou du thé vert et de la menthe fraîche ]
de l'extrait de menthe [ et bien non, évitez le ! Mais j'en ai mis dans ma recette, je vous dirai pourquoi elle est de trop ! ]

Panna_cotta__th____la_menthe


Préparer un thé vert à menthe assez fort, puis le filtrer [ garder les feuilles de thé* ]. J'ai du m'y reprendre à deux
Panacotta_r_glisse_LA__menthe_blanchefois, et utiliser un filtre à café en papier pour élimer le plus possible les particules. Faire à nouveau chauffer le thé et y faire fondre la gélatine, comme pour la panna cotta.
Sucrer à volonté et ne pas rajouter d'extrait de menthe... Voir photo ci-contre, un clic pour l'agrandir. En refroidissant l'huile essentielle contenue remonte en effet à la surface et crée un film blanc opaque ! Moi qui voulais de la gelée translucide... Par contre le goût puissant de la menthe y est très agréable en bouche ; il est parfois bien difficile de contenter l'œil et le palais ! Ceux que le goût alcoolisé ne dérange pas peuvent essayer avec une pointe de Get.

Panacotta_r_glisse_ET_th____la__menthe

Quand les panna cotta sont assez fermes, les recouvrir d'un peu de gelée de thé tiède et verser le reste dans une assiette creuse pour y découper des cubes le lendemain. Ne faites pas comme moi... qui avais glissé quelques feuilles de menthe fraîche dans l'assiette... Elles se sont avérées impossible à découper !

* Et les feuilles de thé ? Et bien je les ai faites caraméliser dans une poêle, puis les ai mixées quand elles ont été bien froides... Histoire de saupoudrer de noir mes panna cotta... C'est exquis sous la dent, comme un peu de sucre très parfumé ! Je garderai cette idée pour saupoudrer des compotes, avec des feuilles de thés parfumés.

Mais je vais vous avouer une chose... j'ai été la seule de la maison à adorer ce dessert. Il est donc à réserver aux amoureux de réglisse !

Panacotta_r_glisse_th____la__menthe_B.

Vous voulez imprimer la recette ?


14 février 2009

Un cœur à l'envers...

"Cœur romantique et esseulé cherche prince charmant pour le lui remettre à l'endroit..." C'est ainsi que devrait s'appeler ce dessert. Je ne le rate JAMAIS. Sauf aujourd'hui, bien sûr... la saint Valentin a perdu de sa consistance jusque dans mes moules en cœurs !
Je vous en donne quand même la recette, je ne veux pas devenir mesquine... et j'espère que l'an prochain, à la même date, vous aurez droit à un dessert plus en forme !

Mousse_fromage__trio_

Mélanger 700 g de fromage blanc avec
100g de crème fraîche épaisse
120 g de sucre semoule.
Après avoir fait fondre 8 grandes feuilles de gélatine dans un peu de lait bouillant, les incorporer à l'appareil.
Mettre dans de ravissants petits moules en silicone et un grand moule en cœur. Pour ne pas être chiche incorporer au centre une framboise.
Et bien... ma gélatine était trop ancienne... si si, j'ai retrouvé la date, dépassée de plusieurs mois... et la mousse de fromage blanc n'a pas apprécié ce manque de fraîcheur.

Mousse_fromage__coeur_

Bien sûr, il a été mangeable. C'était même bon... mais pas lisse, pas brillant comme un miroir. Regardez le, une horreur ! Et ça, je déteste ! Si vous le faites, et le réussissez - vous ! - pensez à le servir avec un coulis de framboise, dont l'acidité crée une belle harmonie avec la douceur de la mousse...

Mousse_mangeable_a

Par CookEco - Entremets et douceurs - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

13 février 2009

Du laban au labné, un voyage au Liban

C'est pour avoir partagé la vie d'un libanais que j'ai appris à tant aimer cette cuisine, simple et raffinée tout à la fois. Un mezzé, même modeste comporte toujours cette crème veloutée issue du laban, le labné.
Un proverbe libanais le dit bien, illustrant la générosité des habitants de ce pays;
"L'harirnàl-hassiri wa-r-rachta la bèd d-dar"
"Que les tasses de crème veloutée soient étalées sur la natte et que les assiettes de lentilles aux pâtes se suivent jusqu'à la porte". Ces plats simples que tout foyer modeste peut cuisiner doivent toujours être prêts en abondance. Le labné se consomme aussi bien salé que sucré...
A 18 ans, avec pour tout appareil un réchaud sur pied pour cuisiner, j'ai appris alors à recevoir mes amis étudiants libanais, qui retrouvaient chez moi un peu de la chaleur de leur pays, déjà en guerre, hélas.

  • Tout d'abord il me fallait faire du laban [ lait caillé ]. Pour cela, ils me l'ont appris comme ils l'avaient vu faire. Faire chauffer un litre de lait, y plonger le petit doigt ; la température doit être chaude ET supportable. Voilà, il n'y a pas plus empirique ! Verser des cuillerées d'un yaourt [ ou 1 c de présure ] à la surface, entourer le récipient d'une couverture et l'oublier pour la nuit. Le lendemain le lait est devenu litre de laban, ou yaourt, à mettre au frais.

Du_lait_au_laban

  • L'étape suivante est la fabrication du labné [ lait caillé égoutté ], que l'on utilise comme sauce pour les concombres ou pour y tremper des falafels [ céréales en beignets ] ou des rissoles. Le labné est très doux, a perdu toute acidité, du velours... [ Allez donc voir le blog de Ciorane, qui raffole du labné... elle l'utilise à toutes les sauces ! ]
    Prendre le laban et y rajouter 1 c à café de sel par litre. Remuer doucement et verser dans une toile fine posée dans une passoire. On peut aussi saupoudrer de sel le linge !
    Une autre méthode évite la fabrication du labnan ; mélanger 1 c à café de sel à 5 yaourts natures et laisser égoutter. Personnellement je le fais en grande quantité, avec 15 yaourts...

Du_laban_au_labn_

  • Suivant le degré d'égouttage [ après un séjour de deux heures en passoire je suspends tout simplement le linge ] vous obtiendrez du labné khadra [ lait caillé égoutté ] ou du labné malboudé [ lait caillé entassé, c'est à dire encore plus égoutté ] dont la texture est proche d'un fromage blanc solide, mais le goût très différent. On peut à partir de là en faire par exemple des boulettes, que l'on conserve dans de l'huile d'olive. Un délice le matin au petit-déjeuner, avec une pincée de thym.
    Je m'en sers aussi en remplacement du classique fromage blanc : par exemple pour cette composition de radis.

Du_labn__au_labn__khadra

  • Lors de l'égouttage du labné le liquide qui suinte est du petit lait [ dont on sait qu'il est très riche en calcium ], les libanais s'en servent pour fabriquer du qariché [ fromage cuit ]. Rajouter au petit lait du lait cru [ j'utilise du lait pasteurisé ], dans la proportion d'un quant de litre de lait cru par litre de petit lait. Faire bouillir jusqu'à coagulation. Verser dans une passoire et faire bien égoutter puis refroidir. Il se consomme nature, salé ou sucré et rentre dans la composition de nombreuses recettes. Le qariché se retrouve en Europe sous le nom de "recuite", "sérac" en Savoie, "quark" en Allemagne...

Mes autres recettes libanaises ; beignets au labné, rissoles au fromage, boulettes de fromage à l'huile [ labné bi zayt], taboulé, falafels franco libanaises

Vous voulez imprimer la recette ?  

14 janvier 2009

Riz au lait [ aux zestes d'orange ]

En regardant les mots-clés qui amènent à mon blog, je me suis aperçue que si les "recettes économiques" y sont en bonne place, les plats traditionnels y sont également très recherchés, qui allient le goût et l'économie ; le gigot qui pleure, la poule au pot, ou même le chou farci  font ainsi partie des incontournables.   
Comment ? pas de dessert ? Ce sont les gourmands qui tiennent le haut des mots-clés, avec les rochers à la noix de coco, ou encore les faux Twix.... Et j'ai décidé que le subtil riz au lait, si crémeux, si simplement bon, devait tenter d'y trouver sa place. Après tout, nous débutons tous en cuisine un jour... et la cuisson du riz au lait n'est toujours pas un caractère génétique à ma connaissance.

Riz_au_lait_a

Après l'avoir rincé, faire blanchir 5 minutes dans de l'eau bouillante 180g de riz rond [ et surtout pas du long grain étuvé...moi aussi j'ai fait des erreurs à mes débuts ! ].

Pendant ce temps mettre à bouillir 1 litre de lait, avec de la vanille et quelques zestes d'orange [ facultatifs ]. Riz_au_lait_zeste
Égoutter le riz et le plonger dans le lait chaud.
Réduire le feu, mettre un couvercle à demi-ouvert, et laisser mijoter 45 minutes, en remuant de temps à autres.

Dix minutes avant la fin de la cuisson, rajouter 150g de sucre.
Les gourmands pourront commencer à le goûter dès qu'il sera tiède. C'est ainsi que je le préfère personnellement, plutôt que froid.

Pour avoir des zestes d'orange très fins, je passe un éplucheur-rasoir sur la peau du fruit bien lavé, et si possible non traité, puis je coupe aux ciseaux les bords sans aucune trace blanche [ blanc = amer ]. Les zestes vont se confire en cuisant...

Sincèrement, quoi de plus Proustien [ on a les madeleines qu'on peut ] que ce dessert si doux et parfumé... et économique [ une soupe  suivie d'un bol de riz au lait font un repas complet ! ]

riz_au_lait_2

Vous voulez imprimer la recette ?  

Par CookEco - Entremets et douceurs - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 décembre 2008

Gelée de bananes, croustillant cacao-amandes

C'est l'histoire d'un nectar de bananes. Ce fruit m'évoque la douceur, le velouté, et la journée de travail ayant été  stressante à souhait, j'avais comme un spleen en moi. J'avais donc acheté ce nectar... que je n'ai pas consommé, préférant parachever ma nervosité au café noir... Qu'à cela ne tienne, il me fallait un petit dessert frais pour le lendemain, la bouteille passa dans mon champ de vision, et l'idée jaillit.

Cr_me_banane_a

Cr_me_banane_ingredJ'ai écrasé un paquet de "tout bêtes- tout pas chers" boudoirs , ai incorporé 100 g de beurre fondu, et ai mélangé le tout avec 1 ramequin de cacao [ donc non sucré... ] et 1 ramequin d'amandes effilées. Je tenais mon croustillant, qui alla se faire une beauté au frais le temps que je prépare ma gelée de bananes. Cr_me_banane_bol_et_crumble

Cr_me_banane_bolJ'ai dissout un sachet de gélatine dans un peu de nectar froid, puis l'ai fait fondre dans le reste du jus, mis à chauffer dans une casserole. J'ai versé la préparation dans des petits bols, et quelques cubes de bananes s'y sont réfugiés. J'ai ensuite parsemé la gelée encore chaude d'une partie de mon croustillant, qui y a fondu en surface. Hop, le tout a été soigneusement filmé puis mis au frais pour la nuit.
Le lendemain la gelée était prise, mais le résultat était toutefois fort peu attrayant... J'ai donc démoulé les gelées en passant la pointe d'un couteau [cela se fait très facilement ].

Cr_me_banane_bol_et_crumble_d_moul_

J'ai parsemé mes dômes du reste du croustillant, saupoudré les assiettes d'un nuage de sucre glace  et de quelques amandes effilées grillées. Le résultat ? Un parfum de bananes très présent pour ce dessert peu sucré, avec un fond chocolaté moelleux et un dessus très croustillant. En fin de compte, le spleen, ça a du bon....

Cr_me_banane_par_4

Vous voulez imprimer la recette ?  

Par CookEco - Entremets et douceurs - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

05 novembre 2008

Caramel au beurre salé... au piment pour vous ?

Sauce_caramel_pimentMon ami G. est un vrai gourmand.
C'est à dire qu'il sait me dire :
"Je voudrais du salé-sucré pour le plat principal, et un vrai dessert chocolat-piment".
Il rajoute même "s'il-te-plaît" !
Rien ne me rend plus heureuse !
Je vais pouvoir inventer de quoi satisfaire un gourmand. Une aubaine ! Quelle cuisinière ne soupire pas en entendant le sempiternel :
"Fais ce que tu veux, de toute façon je ne suis pas difficile"...
Je hais cette phrase. Je la hais... Elle me donne envie de tendre un ticket-restaurant en disant, il y a une pizzéria à 800 mètres...

Bon, revenons à mon chocolat-piment. J'ai toujours glissé une pointe de cet épice dans mes gâteaux au chocolat. Je trouve Pur_e_de_pimentsque ce piquant imperceptible est un révélateur de douceur.
Pour G. il fallait autre chose. Du vrai piment qui laisse un éclat de braise au creux du palais. J'ai réfléchi, réfléchi...
Voyons, un cube de gelée pimentée ? congelé ?  puis glissé au cœur de la pâte juste avant la cuisson ? afin qu'elle ne fonde pas totalement ?
Mais cela voulait dire pour moi ne pas rester avec mes amis, et être en cuisine 20 minutes avant d'amener le dessert. Impensable. Cette idée, je la garde en réserve...Et puis j'ai trouvé...Sauce_caramel

Un caramel au beurre salé, pimenté, servi bien chaud sur un gâteau au chocolat individuel !
Une amie bretonne partageait ce repas ; je sais qu'elle adore la sauce caramel au beurre salé... nature ! Et moi je ne supporte pas les plats trop pimentés...
Il me suffisait donc de faire deux sauces.

Ingrédients
250g de sucre

75 g de beurre salé

50cl de crème liquide

  Je fais un caramel avec du sucre humecté d'eau que je fais fondre à feu vif, sans y toucher. Quand la couleur me plaît je glisse des cubes de beurre aux cristaux de sel, puis un petit pack de crème liquide. Un coup de bouillon, et c'est prêt.  Ne goûtez surtout pas, ça brûle...

Caramel_en_4_images

J'ai partagé la sauce en deux récipients. Pour G., j'ai rajouté une cuillère à soupe de purée de piments d'Espelette et quelques paillettes de piment [ pour que ce soit plus joli...] Je n'y a pas goûté, même froide.... mes yeux s'embuaient rien que d'en respirer le parfum...
Les gâteaux au chocolat sont faits avec ma recette fétiche, le "cœur de meule", et cuits en dix minutes en moules individuels. Je fais réchauffer la sauce quelques secondes au micro-ondes avant de la servir.

G_teau_sauce_natureG_teau_sauce_pimentA gauche, version sauce nature



 

A droite, version piment, et vérification du moelleux du gâteau ...

G. a aimé, puisqu'il est reparti avec un petit Tupperw@re de sa sauce pimentée... Il pense la rajouter sur des magrets de canards grillés.... Un vrai gourmand cuisinier !




Vous voulez imprimer la recette ?  

Par CookEco - Entremets et douceurs - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,