Mes recettes à 3 francs 6 sous [ça fait combien en € ? ]

L'imagination, c'est économique ! Et il n'y a pas de honte à avoir à transcender des poêlées de légumes surgelées...

22 février 2010

Crackers et tuiles au parmesan

Cette recette est dédiée à ceux qui m'ont supportée un soir de tarot, tentant de garder ma patience [ 30 minutes ] puis succombant à mon impatience et leur accordant un sursis de 10 minutes pour qu'ils finissent enfin de manger  ce truc qu'ils avaient amené avec eux et qui est à mon sens [ auditif ] insupportable . Des cacahuètes enrobées d'une coque hyper croustillante. Excessivement bruyantes quand on les mange. Même entre amis, même nombreux, le bruit de ces coques à 90% chimiques [ en plus... ], bref ce bruit me rend aussi folle que le pop-corn dans une salle de cinéma...
Bref, faisons des crackers, des croustillants, des naturels,  qui permettent de s'entendre parler...
Quant aux classiques tuiles de parmesan, elle ne figurent ici qu'en rappel pour les étourdis qui ne savent comme il est facile d'obtenir ces petites tuiles fragiles dont l'unique ingrédient est le parmesan.

Crakers_parmesan_macro

Ingrédients
1 ramequin de flocons d'avoine
1 ramequin de parmesan râpé
75 g de beurre mou mais pas fondu
1 ou 2 œufs
1/2 sachet de levure chimique
Poivre, fleur de sel [ pour saupoudrer après cuisson ]

Crakers_parmesan_pile

Mixer tous les ingrédients, en rajoutant les flocons d'avoine en dernier. Suivant la consistance de la pâte mettre un ou deux œufs. La pâte doit pouvoir être étalée sur une plaque de cuisson, recouverte de papier sulfurisé ou d'un tapis en silicone. Plusieurs fournées seront nécessaires...
Dresser en grands rectangles [ qui ne s'étaleront pas à la cuisson ] : la pâte ne doit pas être top épaisse, mais la plus fine possible. Faire cuire à four chaud une quinzaine de minutes. Le parmesan n'aime pas devenir doré, il devient  alors amer. La couleur de la pâte doit donc rester pâle. Surveiller la cuisson en glissant une spatule sous la pâte. Quand elle se décolle c'est prêt.
Le beurre y fait de petites bulles [ voir photo ci-dessous, au sortir immédiat du four ]. Découper sans tarder des petits rectangles avec un grand couteau, en appuyant sans faire de mouvements de va-et-vient. Laisser refroidir.

Crakers_parmesan_cuisson_coupe

Vous pouvez les conserver quelques jours dans une boîte métallique et les faire réchauffer à four chaud quelques minutes pour qu'ils retrouvent leur croquant.
Servir avec des petites sauces [ roquefort, crème de noix, ciboulette, mousse d'avocat ].

Pour les tuiles au parmesan, qui ne seront faites qu'au dernier moment ; râper un morceau de parmesan frais, en déposer quelques cuillerées dans une poêle à feu moyen.

Tuiles_parmesan_cuisson

Retourner avec une spatule dès que cela est possible et faire cuire de l'autre côté. Très fragiles, ces tuiles sont exquises !

Tuiles_parmesan_a

Quelques flocons d'avoines restants, et vous pouvez tenter la version sucrée de tuiles très croustillantes !

Vous voulez imprimer la recette ?


08 février 2010

Croustilles de potiron et leur velouté pour s'y plonger

Même si je suis citadine, des légumes d'un potager campagnard finissent parfois dans ma cuisine. Pour une fois, ce ne sont pas mes collègues, mais ma voisine qui m'a offert la moitié de son potiron...
Aimant faire des repas complets sur un même thème, je vous propose de cuisiner un velouté [ banale soupe, mais dont la consistance soyeuse mérite ce mot ] de potiron et de grandes frites du même légume, parées de parmesan croustillant. C'est un vrai repas complet, au vu de l'utilisation de légumes, d'œufs et de fromage. Un laitage permet de compléter ce repas qui ne vous laissera pas sur votre faim.

Croustilles_de_potiron_a

Ingrédients
Potiron
Pommes de terre
2 œufs
Un peu de lait et de farine
Chapelure de pain rassis [ la chapelure "maison" est sans commune mesure avec l'industrielle... ]
Parmesan râpé, environ 1 bol
Sel, poivre, muscade, paillettes de piment
Coriandre fraîche [ quel parfum délicieux avec le potiron ! ]

Le velouté
Faire cuire 20 minutes dans très peu d'eau [ elle doit à peine recouvrir les légumes ] le potiron et les pommes de terre coupée en gros cubes.
Mixer au mixer plongeant et assaisonner de sel, poivre et muscade - en goûtant -.
Servir dans des grands verres dodus, en parsemant le velouté de coriandre fraîche juste coupée au couteau.

Croustilles_de_potiron_le_potiron

Les croustilles
Pendant la cuisson du velouté, tailler en très grosse frites [ 10 cm sur 2cm ] du potiron.
Les faire cuire 8 minutes maxi à la vapeur. Il ne faut surtout pas que les frites deviennent molles, mais qu'elles soient justes attendries. Tester de la pointe d'un couteau.

Croustilles_de_potiron_les_frites

Prévoir 4 assiettes creuses ;
-- les œufs battus avec un peu de lait. Saler, poivrer généreusement et pimenter.
-- le parmesan
-- la farine
-- la chapelure de pain

Croustilles_de_potiron_panage

Voiler toutes les frites de farine. Ensuite, les passer dans l'œuf, puis le parmesan. Recommencer l'opération mais cette fois-ci avec la chapelure. Il y a donc deux passages dans les œufs fouettés.
Faire rissoler dans une grande poêle avec de l'huile chaude. Les retourner à mi-cuisson, dès qu'une jolie coloration apparaît.

Croustilles_de_potiron_b

Servir les croustilles très chaudes dans une assiette où le verre de velouté les attend. Au choix chacun trempera, ou les mangera du bout des doigts.

Croustilles_de_potiron_macro

Vous voulez imprimer la recette ?

04 février 2010

Mille-feuilles de crêpes fraîches au saumon

Entrée toute en fraîcheur, ce gâteau de crêpes se décline avec les poissons ou les crustacés de votre choix. Aujourd'hui je vous le présente avec du saumon fumé.

Cr_pes_fra_ches_au_saumon_a

Ingrédients

Mayonnaise citronnée [ 1 petit bol ]
1 jaune d'œuf, huile neutre, sel et 1 jus de citron
Crêpes
250 g de farine
1/2 l de lait
4 œufs
Farce
2 tomates
1 salade douce [ batavia par exemple ]
Saumon fumé effiloché, ou crevettes cuites, ou filet de poisson cru

Cr_pes_fra_ches_au_saumon__crevette_

La veille préparer la pâte à crêpes.
Le jour même, sortir un œuf et le laisser à température ambiante.
Faire cuire les crêpes de façon à obtenir 10 crêpes du diamètre d'une grande assiette plate. Préparer la mayonnaise citronnée. La mayonnaise sera le seul assaisonnement, il est donc important d'y rajouter le jus d'un citron, parfait pour se marier avec le saumon fumé... 

Poser un saladier sur un torchon pour éviter qu'il ne bouge. Fouetter [ à la main, c'est enfantin ] le jaune d'œuf en rajoutant un filet d'huile [ arachide ou colza ] au fur et à mesure. La mayonnaise doit être très ferme, elle sera détendue pas le citron.
Presser le citron, puis filtrer le jus dans une passoire. Y dissoudre 1/C à café de sel, puis verser dans la mayonnaise en fouettant.

Mayonnaise

Peler et évider les tomates de leur pulpe [ c'est important, pour ne pas détremper le gâteau ]. Les couper en petits cubes et les poivrer. Pas besoin de saler.
Couper la salade lavée en fines lanières.
Préparer le plat de présentation [ une grande assiette plate ] .

Cr_pes_fra_ches_au_saumon_ingred

Tartiner d'un peu de mayonnaise deux crêpes et les superposer [ le fond est ainsi plus épais ]. Chaque fois que le mot "crêpe" apparaît, il s'agit d'une crêpe recouverte d'une très fine couche de mayonnaise...

Cr_pes_fra_ches_au_saumon_montage

Salade, crêpe, tomates, crêpe, salade, crêpe, saumon, crêpe, salade, crêpe, tomates, crêpe, saumon, salade et crêpe. Sans jamais tasser.
Et c'est fini !
Il y a donc deux fois plus de salade et de tomate que de saumon. C'est qui va rendre ce gâteau si frais. Couvrir d'une autre assiette, sans rajouter de poids, celui de l'assiette suffira. Laisser au frais quelques heures. Découper avec un grand couteau dentelé [  j'utilise mon couteau à pain  ].

Cr_pes_fra_ches_au_saumon_le_plat


Vous voulez imprimer la recette ?   

Par CookEco - Petits plats de fête - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

01 février 2010

Rillettes de canard... citadines

Quand j'ai lu la note de Valentine, sur son très beau et très censé blog "Un soupçon de..." , sa note ! son conte plutôt, sur la fabrication de rillettes de canard... ce fut terrible. Je sentais l'odeur, j'avais en bouche le moelleux du canard qui a confit doucement... Il fallait que j'essaye. Mais ce n'était plus vraiment la saison des carcasses de canard gras. Tant pis, au diable l'avarice, trois magrets ont été sacrifiés, pour mon plus grand plaisir ! Que Valentine me pardonne ce sacrilège !

Rillettes_de_canard_a

Ingrédients
de la graisse de canard [ récupérée de précédentes boîtes de confit ]
3 magrets
2 échalotes
Sel, poivre, thym, quatre-épices

Au fond de ma cocotte en fonte j'ai déposé quelques cuillerées de graisse, les échalotes hachées, une branchette de thym frais, du poivre noir concassé, une pincée de quatre-épices et du gros sel. Puis les morceaux de magrets débarrassés de leur peau et coupés grossièrement [ voir photo ci-dessous ]. Je les ai ensuite recouverts de leur peaux de graisse. Puis ai rajouté 1/4 de leur hauteur d'eau.

Rillettes_de_canard__cuisson_

Et le tout a mijoté à tout petit feu, couvercle posé, deux heures durant, dans une odeur de... promesse de bonheur à tartiner.
Au bout des deux heures j'ai saisi avec une écumoire les morceaux de viande. J'ai voulu respecter la technique ancestrale... et ai pris une fourchette pour effilocher les viandes. Mais j 'ai vite arrêté... Vive cet outil merveilleux que sont les doigts !
Au fond ma cocotte, sous la graisse, un dépôt promesse de saveurs. C'est cette partie que j'ai prise avec une grosse cuillère et que j'ai peu à peu mélangée à la viande effilochée. Jusqu'à ce que la texture me paraisse bonne à tartiner sans être trop grasse.

Rillettes_de_canard__finition_

J'ai coupé du pain, ai fait grillé la tranche. Déposé un petit mont de rillettes. Ai remercié en pensée Valentine et son voisin aux précieuses recettes. Et dégusté.
Trois jours après les rillettes étaient encore meilleures, qu'on se le dise !
Trois petits pots ont été également stérilisés une heure en cocotte minute.... en ayant pris garde à ne surtout pas laisser de bulles d'air dans les pots !

Vous voulez imprimer la recette ?

 

Par CookEco - A l'apéritif ou en entrée - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

28 janvier 2010

Pain perdu en croque-monsieur, velouté de tomate

Comme j'aime ce genre de repas, les soirs d'hiver ! Un velouté épais, parfumé, et, pour l'accompagner du pain perdu fourré de fromage fondant. Le croustillant, le moelleux, le velours du velouté, les parfums... c'est tellement simple, tellement sobre dans le goût, tellement bon tout simplement.  Je vous conseille de le servir  "à l'assiette" : le velouté de tomates dans un grand verre dodu, et tout à côté son perdu.
Cette note est dédiée à une petite crevette, dont la maman avait préparé un carpaccio, et qui a eu ce terrible mot : " C'est horrible de manger des pattes de chiot ! Je crois que je n'y arriverai pas..."
Il faudra préciser à petite crevette qu'il n'y a pas de monsieur à croquer dans son assiette et que la couleur du velouté vient exclusivement de la tomate...

Pain_perdu_et_velout_

Ingrédients

Pain perdu
4 tranches de pain tranché fin par personne [ ou plus si affinité ]
2 œufs
Lait
Sel, poivre, herbes de Provence
Lamelles d'emmenthal

Velouté de tomates
1 petite boîte de purée de tomates
2 c à soupe de concentré de tomates
1 bouillon kub de volaille
1 ramequin de chapelure de pain
1 oignon, 2 gousses d'ail, un peu de persil haché

Préparer le velouté
: faire roussir l'oignon haché fin dans un peu d'huile d'olive. Rajouter la chapelure de pain [ qui remplace la farine, comme les anciens le faisaient ] et attendre qu'elle soit imbibée pour verser la purée de tomate. Compléter avec autant d'eau et rajouter le kub et l'ail en rondelles. Goûter pour ajuster l'assaisonnement. Faire cuire 30 minutes, puis mixer au mixer plongeant. Parsemer de persil, frais ou surgelé, au moment de servir.

Le pain perdu
Fouetter dans une assiette creuse les œufs, rajouter le lait, sel et poivre et les herbes. Y tremper toutes les tranches de pain, des deux côtés.

Pain_perdu_lait_oeufs

Les poser à plat et y déposer des lamelles fines de fromage. Poivrer et recouvrir d'une autre tranche de pain.
Repasser les croque ainsi constitués dans le mélange œufs-lait.

Pain_perdu_faire

Faire chauffer de l'huile d'olive et y déposer doucement les croque. Faire cuire quelques minutes de chaque côté.

Pain_perdu_cuire

Un repas complet, bien chaud, et le pain perdu, qui croustille et fond tout à la fois... tenez, c'est presque un petit bonheur d'être en hiver !

Pain_perdu_a

Vous voulez imprimer la recette ?

 


25 janvier 2010

Je suis tombée sur un os, ou les aventures d'un Osso bucco traumatisant

Cela a été épouvantable!  Et non-non-non, vous n'aurez pas de photo du plat final. J'étais trop contrariée pour vouloir l'immortaliser. Je vous assure que j'ai été à deux doigts de réserver un restaurant pour les 8 convives que nous devions être ce soir là. A posteriori je me trouve un peu stressée inutilement par moments ! Surtout pour des amis qui sont tout sauf snobs...
Mon menu était prêt ; apéritif composé de bâtonnets de légumes et de leur sauce, quelques rillettes de canard, mini cannelés au pistou et crakers au parmesan. Pour l'entrée un gâteau frais de crêpes au saumon.
En plat principal, l'Osso bucco, accompagné de pâtes fraîches. Un camembert que mon fromager m'a tendu avec les yeux brillant de bonheur,  et, pour clore en douceur ce repas, une salade de fruits frais,  un mini cœur au chocolat fondant et un cheese au citron.

Osso Bucco... C'est un plat je n'avais jamais goûté auparavant. Le nom me semblait [ l'imparfait est désormais de mise ] magique ; italien, avec toutes les saveurs qui vont avec. La commande avait été passée au boucher ; près de 3 kg de veau, du bon, de l'Aveyron. La viande était superbe, rosée, charnue, en promesse de bonheur.
Le brunoise de légumes coupée comme il faut ; oignon, cèleri, carottes. Les rouelles de veau farinées puis rissolées. Ensuite : le vin blanc, le fonds de veau et les gousses d'ail, puis la pulpe de tomate en conserve de mon jardin...rien n'a été oublié et tout aurait du être parfait. Jusqu'aux zestes d'oranges blanchis trois fois... Ceci amoureusement mitonné dans ma cocotte en fonte. Et cela sentait diablement bon. La sauce, goûtée d'un bon bout de pain, était parfaite. Et là...

Osso_bucco_ingred

... Afin de voir si chaque convive aurait une part de viande à peu près égale, j'ai sorti un à un les morceaux d'Osso bucco. Le traumatisme a été violent...

Osso_bucco__traumatisant_

Horreur ! Mais c'est im-pré-sen-table !

Je sais, je sais... tout n'est pas toujours ravissant dans l'assiette... Mais là ! Tout était de guingois ! La chair carapatée deci delà, tordue d'un côté...
J'ai cru défaillir. Et téléphoner au restaurant.
Puis mon bon sens  quand même -quoique...- a fini par reprendre le dessus. J'ai saisi un couteau, massacré les chairs pour obtenir quelques morceaux. Enlevé les os... jeté les moelles dans la sauce et les os à la poubelle....

Fumé 4 cigarettes, et goûté le Gevrey-Chambertin 2006.

Le premier couple d'amis arrive... Et j'explique le pourquoi de mon humeur légèrement massacrante.
- J'ai prévu un "Osso bucco". Et c'est imprésentable.
- Tu sais ce que ça veut dire, Osso Bucco, en italien ?
- ( ... )
- Os bouilli. C'est bon les os d'un bon Osso Bucco...


Os bouilli (...) Ça veut dire ça ? Os bouillis qui ont fini à la poubelle avant le repas...
Pour un repas que j'avais envisagé presque parfait, j'étais mal engagée...
Il paraît qu'il était bon.
Moi, je n'ai pris que de la sauce sur les pâtes. Quand je suis contrariée, c'est jusqu'au bout....
Je ne ferai plus jamais d'Osso Bucco.
Ou alors en famille.
La recette ? Quelle recette ?
Vous la trouverez dans la bible de la cuisine italienne que mon fils  aîné m'a offert...
"Il cucchaiaio d'argento" La Cuillère d'argent, aux éditions Phaidon. 1 263 pages... et l'Osso Bucco à la milanaise, "Ossibuchi milanese" page 825.
Na.

PS : quand je pense que j'adore manger des pieds de veau... avec 3 000 osselets à suçoter en bouche...
Oui, mais là, je voulais que ce soit joli.

Par CookEco - La tradition, c'est bon ! - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

24 janvier 2010

Tuiles à l'orange, pana cotta vanille

Petit dessert qui allie la fraîcheur moelleuse au croustillant, le mariage de la panna cotta et de tuiles à l'orange confite termine tout en douceur et en parfums un repas  riche [ comme souvent en hiver ].
Les panna cotta ont l'avantage de se préparer à l'avance et d'être enfantines à réaliser. Les tuiles à l'oranges sont plus délicates [ mais qu'elles sont bonnes, oh là là ! ] et ne supportent pas l'humidité. Si, comme moi, vous les stockez dans un pièce trop froide, elles se ramolliront. Pas de panique, un passage à four doux leur a redonné toute leur croustillance !

Tuiles___l_orange_et_panacotta__a_

Ingrédients

Panna cotta
60cl de crème liquide entière
50 g de sucre
Vanille [ en grains, ou sucre vanillé, mais penser alors à réduire le sucre ci-dessus ]
3 ou 4 feuilles de gélatine, suivant la consistance désirée.

Tuiles à l'orange réduire les proportions si nécessaire Poivre_long
100g de farine
150 g de sucre glace
100 g de beurre
1 orange pressée et filtrée [ environ 20cl ]
Orange confite
Grué de cacao
Poivre long [ photo ci-contre ]
1 œuf

Quelques oranges à faire dorer [ facultatif ]


Préparer les panna cotta en faire chauffer la crème et le sucre, pendant que les feuilles de gélatine trempent dans de l'eau froide. Les essorer et les dissoudre dans la crème très chaude. Rajouter la vanille. Verser dans des moules en silicones passées sous l'eau froide, sans les essuyer. Mettre au frais.

Panacotta_

Presser l'orange, filtrer le jus.
Hacher très finement les écorces d'oranges confites ; j'ai utilisé pour la recette deux quartiers des oranges préparées ici. Je pense que 5 lanières d'oranges achetées déjà confites doivent suffire. Mélanger avec le jus d'orange. Mes oranges avaient gardé un parfum prononcé de cannelle et d'épices, qui s'est avéré très agréable dans les tuiles.
Faire fondre le beurre au micro-ondes, fouetter avec le sucre glace et une pincée de sel. Rajouter la farine -tamisée-. Quand la pâte est lisse verser le jus mélangé aux oranges confites, puis l'œuf.

Tuiles___l_orange_ingred

Préparer deux tôles à pâtisseries, recouvertes d'un tapis en silicone ou de papier sulfurisé.
Étaler la pâte avec un gros pinceau. Sur la photo vous voyez que l'épaisseur n'est donc pas régulière, cela n'a pas d'importance.

Tuiles___l_orange_pinceau

Faire cuire au four [ assez chaud ] en surveillant, dix à quinze minutes. Décoller avec une spatule. Et là, si vous pouvez être aidé vous donnerez des formes à vos tuiles, en les moulant autour d'un verre, en les entortillant autour d'un manche en bois.  Elles deviennent très rapidement fragile comme... des gavottes ! Mais en ont cette croustillance magique.

Faire quelques tuiles en les saupoudrant avant cuisson de grué de cacao. Ce sont celles qui ont eu le plus de succès !
Et, pour ceux qui aiment les saveurs sucrées-poivrées, râpez un peu de poivre long, qui est très chaud et assez piquant.

Tuiles_3_parfums

Les conserver à l'abri de toute humidité... ou, si le mal est fait, les faire réchauffer à four très doux. Elles redeviennent parfaites.

Tuiles_2_parfums

Démouler les panna cotta. Trancher à vif quelques oranges [ conserver le jus qui sera rajouté dans la poêle ], les faire dorer dans une lichette de beurre en les arrosant d'un peu de sucre, jusqu'à caramélisation. Caramel dont vous napperez de quelques gouttes les panna cota.
Dresser l'assiette où vous rencontrerez les différences de saveur, de consistance, et de températures.
La panna cotta très fraîche et douce, les oranges, un peu acides et bien chaudes, les tuiles aux trois parfums, toutes très croustillantes.

Tuiles___l_orange_et_panacotta__b_

Vous voulez imprimer la recette ?   

21 janvier 2010

Crêpes salées express

Ce soir là je ne savais vraiment pas quoi faire pour le repas... Je gage d'ailleurs ne pas être la seule à avoir ce genre de grand vide ! Ouvrir le frigo...  envisager une omelette... et découvrir qu'il n'y a plus que 2 œufs. Un peu juste pour deux personnes ! Mais il y avait aussi un peu de chiffonnade de jambon cru, et, comme toujours, du fromage. J'ai donc décidé de vider mon frigo ! Après tout, les galettes bretonnes traditionnelles sont faites uniquement de farine et d'eau, les miennes seront "améliorées "! Pour mon assiette, pas de jambon ni d'œuf au plat, le fromage me suffit !

Cr_pes_du_Sud_oeuf

Ingrédients pour la pâte
1 œuf [ à mon avis, peut même être facultatif ! ]
2/3 verres de lait
1 verre de farine de sarrasin
Huile d'olive
Herbes de Provence, sel et poivre

Mélanger l'œuf avec la farine, rajouter un peu d'huile d'olive, et compléter avec du lait jusqu'à obtenir une pâte liquide. Saler, poivrer, rajouter les herbes de Provence. Pas de repos... le temps m'était compté!
Faire cuire les galettes dans une poêle bien chaude et légèrement graissée, en se rappelant qu'une pâte qui vient d'être faite est un peu plus difficile à retourner dans la poêle.
Couper les galettes en 4 morceaux, pour pouvoir les superposer en "mille-feuilles". Chaque assiette se composera de 2 crêpes divisées en 4, soit huit feuilles.

Cr_pes_du_Sud_p_te

Garnir chacune, au fur et à mesure que vous les superposez,  soit de lamelles de fromage, soit de chiffonnade de jambon [ facultatif, il peut être poêlé ] et recommencer.
Mettre les assiettes garnies à four très chaud ; le fromage va y fondre pendant que l'œuf au plat cuira dans une poêle.
Déposer l'œuf au sommet et servir avec quelques légumes verts [ pour moi des brocolis.. une autre spécialité bretonne, peut-être ? ].
En 20 minutes mon repas était prêt.

Par CookEco - Express - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 janvier 2010

Cochon qui s'en dédit, c'est le moment de le mettre en conserve

C'est la saison du cochon. De celui que l'on trouve pour vraiment trois fois rien, en grosses barquettes. Deux gros rôtis d'échine de porc pour 7€ ? J'achète. Et même plusieurs. Ils vont terminer en bocaux pour les repas impromptus. Pour 15 € de viande j'ai obtenu 9 bocaux de 1 litre, remplis après cuisson aux 3/4.
Pourquoi en conserve ? Quand on a un tout petit congélateur, les conserves, c'est formidable. Il y a un petit plus à ne pas devoir fouiller, les mains plongées dans un froid glacial,  parmi trois mille objets enveloppés de plastique et d'une chape de givre... Voyons, qu'y a-t-il donc la-dedans ? Avec les conserves c'est nettement plus simple, sincèrement... et je suis sacrément fière quand j'ouvre un bocal home-made.. si si...

Cochon_pret

Ingrédients
Rôtis d'échine ou de filet
Couennes
Thym, ail, laurier
Gros sel, poivre
Des bocaux, un stérilisateur ou une cocotte minute

Enlever le filet qui se trouve tout autour des rôtis [ j'en avais oublié, par mégarde, et croyez-moi que j'ai retrouvé des grains de sel partout dans la cuisine quand je les ai enlevés... ]. Si les rôtis sont bardés, enlever également les bardes.
Frotter de gros sel et de poivre les pièces de viande. Laisser au frais 12 heures.

Cochon_ail_et_sel

Ébouillanter les bocaux. Laver et rincer les caoutchoucs ou les opercules en métal.

Passées les 12 heures, frotter les rôtis avec un torchon pour enlever le plus gros du sel. Mettre sur la lèche-frite du four et faire revenir dans le four très chaud pendant 30 minutes.
S'habiller en tenue de combat [ facultatif ].

SE LAVER SOIGNEUSEMENT LES MAINS TOUT AU LONG DE LA PRÉPARATION !

Pendant que la viande dore, préparer plusieurs gousses d'ail en les coupant chacune en 4. Mélanger un peu d'huile, du sel et beaucoup de poivre. En enduire les gousses d'ail. Elle seront glissées au milieu de la viande pour la parfumer.

Couper les pièces de façon à ce qu'elles rentrent dans les bocaux... Pas facile... Mais ce n'est pas grave s'il y en a qui sont remplis avec 3 petits bouts, vous cuisinerez votre rôti en sauté, par exemple.
Mettre un morceau de couenne, une branche de thym et une feuille de laurier , poivre et pointe de sel au fond de chaque bocal. Les grands pots à confiture font également l'affaire...

Cochon_bocaux

Tasser votre viande - et ce n'est pas toujours facile ! -après y avoir introduit les gousses d'ail poivrées. Laisser 2cm d'espace en haut. Placer l'opercule métallique et visser le bouchon.
Poser au fond de la cocotte minute un vieux torchon, et mettre les bocaux en les protégeant les uns des autres avec le torchon.
Les autres bocaux sont laissés en attente dans le frigo.
Remplir la cocotte jusqu'au 3/4 des bocaux. A partir de la mise sous pression, faire cuire 1 heure. Laisser refroidir dans la cocotte sans l'ouvrir.
Enlever le couvercle qui se visse sur les bocaux à conserve, vérifier que l'opercule est bien soudé.
Pour les pots à confiture, appuyer sur le couvercle ; il ne doit pas bouger. Tenter d'ouvrir, il doit résister.
Recommencer... Dans certains bocaux j'ai rajouté un peu de graisse de canard fondue, pour que la viande soit confite.
Les puristes feront une jolie étiquette. Y indiquer la date de cuisson. Elles se conserveront deux ans.

Avec les petits bouts de viande qui vous restent, ainsi que les couennes, faites donc un bon petit cassoulet !

Cochon_cassoulet

Vous voulez imprimer la recette ?  

17 janvier 2010

Gratin de patates douces, "Candied sweet potatoes"

Mes enfants ont souffert en ma compagnie avec le mot "patate", que l'on utilise si communément en métropole [ en France ]... Venant de Tahiti , pour moi, la "patate" est toujours douce. L'autre, c'est la pomme de terre....Quand j'entendais le mot "patate" à la place de "pomme de terre" mon sang ne faisait qu'un tour. Oh, juste un petit tour, la moitié du globe...
Cette recette est typique des États-Unis, et cela a un lien avec Tahiti... A l'époque, il n'y avait pas d'aéroport sur l'île, et la majorité des produits que nous consommions et qui ne provenaient pas de la production locale venaient de ce continent là, le plus proche des paquebots.
Tenez, savez-vous comment nous faisions notre chocolat chaud ? Avec du lait concentré sucré, du cacao et de la poudre de lait. J'adorais tripatouiller le tout longuement, jusqu'à obtenir la bonne consistance, puis verser doucement l'eau bouillante !
La patate douce, surtout si elle de variété orange, est fondante, avec comme un petit air de châtaigne en bouche. Et avec des épices, c'est si bon ! Mais je vous connais, la quantité de sucre et de beurre va vous faire peur !

Patates_douces_macro

Ingrédients
1kg de patates douces
125g de sucre roux
50 g de beurre
1 citron bio
1 c à café de gingembre en poudre

Patates_douces_fruit

Laver puis éplucher les patates, les couper en deux et les faire cuire de 15 à 20 minutes dans de l'eau bouillante. La pointe du couteau doit s'y enfoncer. On peut aussi les faire cuire en robe, et les peler après cuisson.
Les couper en rondelles de 0,5 cm d'épaisseur.
Mélanger le sucre avec le zeste du citron et le gingembre.

Patates_douces_sucre

Beurrer un plat à gratin, y disposer la moitié des patates douces, couvrir de la moitié du sucre et recommencer. Parsemer avec le reste du beurre coupé en petits morceaux. Faire cuire pendant 20 minutes.

Patates_douces_a

Servir bien chaud, accompagné de crème fraîche froide.

Vous voulez imprimer la recette ?