Mes recettes à 3 francs 6 sous [ça fait combien en € ? ]

L'imagination, c'est économique ! Et il n'y a pas de honte à avoir à transcender des poêlées de légumes surgelées...

11 avril 2009

Le pain en cocotte, ça dépote

Cela fait bien longtemps que je ne vais plus chez mon boulanger... sauf quand une envie de croissants ou de chocolatines me saisit. Le pain quotidien je le fais. Deux fois par semaine, une miche de près de 1,5kg qui s'emballe d'un beau torchon blanc. Au frigo elle se conserve parfaitement. Que voulez-vous, cela me revient à environ 1€, il faut savoir raison garder...
Ma fille... et oui, celle-là même qui déborde d'idées savoureuses en cuisine et dont j'ai chipé la recette des cookies parfaits ... bref ma fille ne jure plus que par le pain en cocotte. Et bien elle a tout a fait raison !  Regardez plutôt...

Pain_cocotte_vive_eux

Ingrédients
1 kg de farine à pain, à levure incorporée [ celles de Lidl sont parfaites pour 0,95€ le kg ]
ou
1 kg de farine et
1 cube de levure fraîche ou 1 sachet de levure sèche
700 ml d'eau
Graines facultatives : tournesol, lin, sésame...
Pain_cocotte__p_trissage_
La veille ou 12 heures avant
Si vous utilisez de la levure fraîche, la faire auparavant dissoudre dans une partie de l'eau tiédie.
Pour la levure sèche la mélanger à la farine dans laquelle 20 g de sel ont été rajoutés.  Éviter de mettre en contact directement sel et levure ; mélanger le sel et la farine avant tout ajout de levure.
Pour la farine à pain tout est déjà incorporé. Il suffit de rajouter l'eau tiède.
Ceux qui ont des mains puissantes pétriront avec force dix minutes.
Sinon, équiper le robot de son embout pétrin et laisser travailler la machine jusqu'à ce que la pâte se détache.

Couvrir le bol [ il doit être profond ] et le laisser au moins 12 heures au frigo. Voire plus. Pain_cocotte__bulles_
Dans mon cas, je fais la pâte la veille au soir et ne cuit le pain qu'en sortant de ma journée de travail...
La pâte a alors bien gonflé, malgré le froid, elle est pleine de bulles et il faut la "dégazer". Le pâton redevient alors tout petit... Si vous souhaitez y rajouter des graines c'est maintenant qu'il faut le faire.
L'étaler, le replier en trois, taper et recommencer encore deux fois l'opération "je plie, je tape." Cela prend 5 minutes.

Pain_cocotte__levage_

Saupoudrer d'un voile de farine.
Tapisser la cocotte en fonte de papier cuisson. Y déposer la boule de pâte. Faire ou non des entailles, cela n'a pas vraiment d'incidence en réalité... le pain aura de belles grinches de toute façon ! Mettre le couvercle et laisser près du radiateur ou au soleil pendant environ 1 heure. La pâte va bien gonfler, vous avez le droit de regarder, mais après ce sera interdit le temps de la cuisson !

Pain_cocotte__cuisson_

Mettre la cocotte, avec son couvercle,  dans le four froid [ et oui, c'est magique ] pour 45 minutes, dont les 15 premières à température très chaude et après chaude sans plus. [ pour mon vieux four à chaleur tournante je cuis 15mn à 205° puis 30mn à 175°]. Bien sûr on ne voit rien... et pourtant... l'odeur va peut à peut se répandre, insoutenable, le pain va dorer, la croûte va craquer sous l'humidité dégagée par la cocotte et piégée par le couvercle. Et tout ça, vous n'aurez pas le droit de le voir...
Au bout de 45mn le pain est cuit, le sortir de la cocotte sans attendre et le laisser refroidir sur une grille. Si vous l'aimez très cuit vous pouvez prolonger la cuisson 15mn, directement dans le four.
Regardez comme il est beau !

Pain_cocotte__cuit_

Si vous n'utilisez que 500gr de farine libre à vous de ne pas donner une forme ronde au pain. Vous aurez la place de le faire cuire en pâton rectangulaire ou toute autre forme !

Pain_cocotte__vous_en_voulez

Et voici les aventures de l'apprentie boulangère Nath, qui vit en Irlande, et m'écrivait par mail "j'ai réussi a casser le couvercle du plat en pyrex dont je voulais me servir".
Ma fille et moi-même lui avons quand même conseillé de tenter l'aventure... Et voici son récit ;
"Alors, j'ai enfin fait le pain à la cocotte sans cocotte. Après avoir tenté de réaliser un couvercle adéquat pour le plat en pyrex et avoir abandonné (plus assez de carton - quand je dis McGyver, je me vante un peu trop), je me suis finalement résignée à me servir d'un moule a gâteau carré à bords hauts, recouvert d'une triple épaisseur de papier alu et d'une plaque. Mon pain (j'ai fait la version 500g) avait plutôt bonne mine, un peu palot donc je l'ai laisse 15 minutes de plus dans le four comme tu le conseilles. Nous l'avons bien aimé mais je vois comment il doit être excellent a la cocotte avec plus de chaleur et de vapeur. Ceci dit, le mien a quand même une légère croute bien croustillante une fois de plus malgré la méthode sub-McGyver."

Vous voulez imprimer la recette ?

Par CookEco - Du pain... et plus si affinités - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

14 février 2009

Beignets au fromage [ libanais ]

Après vous avoir montré en photos comment réaliser votre labné khadra libanais, [ le fromage de la recette ] voici une recette très classique pour l'utiliser. J'ai choisi la farce la plus simple possible ; au Liban le labné y est parfois enrichi de persil de menthe, de tiges d'oignons verts... bref, tout comme en France, chaque cuisinière a sa spécialité !

Rissoles_libanaises_a

Faire de la pâte à pain, la laisser lever puis l'étaler finement et y découper des ronds [ les pressés utiliseront Rissoles_libanaises_montagede la pâte brisée, mais ce ne sera pas pareil... ].

Y déposer une cuillerée de labné khadra [ du yaourt salé égoutté longuement, la recette figure dans la note sur le labné ].
Refermer en soudant les bords ; nul besoin de jaune d'œuf la pâte à pain est élastique et adhère sans difficulté.

Rissoles_libanaises_cuisson
Faire frire dans de l'huile chaude, retourner à mi-cuisson et égoutter sur du papier absorbant.

Servir avec de la salade verte, quelques feuilles de menthe, de la sauce tomate relevée...


Rissoles_libanaises_b 

Mes autres recettes libanaises ; du laban au labné, rissoles au fromage, boulettes de fromage à l'huile [ labné bi zayt], taboulé, falafels franco libanaises

Vous voulez imprimer la recette ?

 

19 juillet 2008

Deux pains, en noir et rouge

Les_deux_pains


Ce soir, j'ai décidé de cuisiner pour une amie un repas aux parfums et aux couleurs rouge et or de l'Espagne [ le recette va bientôt suivre!].
C'est au pain qu'a échu le rôle de porter en son coeur la couleur rouge du drapeau ibérique.
Et comme je ne cuis jamais un pain tout seul, le second aura été roulé dans du sésame noir.... non pas parce que le rouge et le noir se marient si bien... mais plutôt parce que j'adore le goût du sésame grillé ! 
Avec 500 gr de farine, 1 sachet de levure boulangère, 1 "zeste" d'huile d'olives et une cuillerée à café de sel, j'ai donc fait ma pâte.
Paton_poivronJ'ai laissé la boule lever 20 minutes, puis ai façonné les pâtons.
Pour celui aux poivrons, j'ai étalé la pâte, l'ai saupoudrée de Nora [ poivrons doux séchés, ingrédient que l'on peut faire soi-même en déshydratant deux poivrons rouges à four doux, lors de plusieurs cuissons de plats, ou, plus rapidement, en faisant sécher des lanières au micro-ondes... sans les faire brûler... ]. Ensuite il n'y a plus qu'à rouler jusqu'à la formeFa_onnage d'une petite baguette de pain.
Pour l'autre pâton il a suffit de le façonner, puis de l'humidifier, et de le parsemer de sésame noir.
Ensuite je suis allé papoter au téléphone pendant que mes pains gonflaient sous une serviette. Pendant 1 heure... je sais... je suis bavarde ! Mais vous pouvez lire,vous, à la place !
Le four a été mis en chauffe, avec un bol d'eau dont le pain adore la vapeur lors de sa cuisson. J'ai humidifié les pâtons [ avec mes mains passées à l'eau froide ] puis leur ai donné quelquesP_tons_lev_s coups de couteau en surface [  c'est plus "rustique" et cela gonfle mieux ! ].
La cuisson a duré 20 minutes... remplissant la maison d'un parfum ...
Ah ! l'odeur du pain qui cuit... c'est vraiment magique !
Un_p_tit_bout

Comme j'ai un blog, et qu'il me faut bien l'alimenter...

- et uniquement pour cette raison, je vous assure -
j'ai bien sûr dû en couper deux tout petits bouts, pour les photos... vous comprenez, n'est-ce-pas ?

Et je les ai mangés en suivant, ces deux malheureux... j'adore le pain tout chaud !

Bon appétit !

Par CookEco - Du pain... et plus si affinités - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 juillet 2008

Tartines-repas

Tartine__e_

- Mais bien sûr, passez à la maison, ça fait un moment que l'on ne s'est pas vus !

...et moi qui n'avais prévu qu'un repas de restes ! Je sais très bien que quand des amis passent - même à l'improviste un dimanche soir - je veux aussi qu'il reste à ma table !
Qu'importe si mon frigo est un peu vide, si les pizzerias proposent des brushettas, elles sont aussi une des spécialités de la maison !  C'est facile quand on a pris l'habitude de faire soi-même une grosse miche de pain il y a là de quoi nourrir des amis.

Ingrédients

Compter deux belles tranches par personne, les déposer directement sur une grille de cuisson. Tartine__1_
Tartiner de moutarde forte, pour le piquant

puis de crême fraîche, pour le moelleux

Rajouter quelques herbes de Provence, pour le parfum
déposer des rondelles de tomates pour la fraîcheur
et quelques tranches de chêvre frais pour le goût
Couvrir de fromage râpé et arroser d'un filet d'huile d'olives.
J'avais quelques tomates confites, j'en ai rajouté quelques morceaux. Des olives noires auraient aussi été parfaites !

L'un des amis ne supportant pas le fromage, j'ai adapté pour lui les tartines  en remplaçant l'aliment détesté par  du jambon, Tartine__c_... entre une double couche de tomates. Tartine__z_

Placer la grille dans le four bien chaud pendant 10 minutes, sans trop faire gratiner le fromage, afin de garder le moelleux de la tartine. Le temps de laver la salade qui accompagnera ce plat très "campagnard" le repas est prêt. J'avais également quelques anchois marinés à la provençale, ils ont permis aux appétits plus aiguisés d'être repus.

Speed-dating pour délaissés... naissance d'un Pudding

Pudding_4


C'est tellement banal... je suis sûre que tous les parents d'ados s'y reconnaîtront ! ces ventres à pattes passent par la célèbre loi des séries : "on mange de la brioche dès qu'on a un petit creux" à "on mange des yaourts dès qu'on a un petit creux".
Et c'est comme ça qu'il reste un gros morceau de la pauvre brioche qui n'a soudainement plus la faveur des enfants... et qui se dessèche toute seule. Pudding_1Tout comme LA banane dont plus personne ne veut. Ils se sont mis au régime pommes...
J'ai donc pris l'habitude de faire un speed-dating des délaissés de ma cuisine... Speed, parce que cela se cuisine très vite...

Le lieu de rencontre : un saladier

Y verser du lait bouillant [tout dépend de la quantité de brioche qu'il vous reste, versez et voyez... il ne faut pas que les morceaux soient noyés, mais qu'ils puissent se détremper ] sur les morceaux rassis de brioche et une poignée de raisins secs [ ou autre fruit sec, les abricots, en particulier, se marient très bien ]
attendre que la brioche [celle-ci est au chocolat, mais cela n'a aucune importance] soit bien imbibée,
rajouter la banane molle, pas noire, juste trop mûre, [ la pauvre, elle a vraiment été abandonnée celle là !]
puis 2 oeufs. Moi, j'ai aussi versé LES deux cuillerées à soupe de marmelade d'oranges que, tout d'un coup, mes ados ont décidé de ne plus manger... Je n'ai donc pas sucré, la préparation l'était suffisamment.
Goûtez, il n'y a que ça de vrai en cuisine.
Et faites à votre habitude pour bien remuer-écraser le tout... Moi j'adore faire ça à la main...[ qui a dit "bêêêrk ? ] Dans un plat à gratin beurré, verser la préparation. Qui est tout sauf esthétique ! J'ai donc parsemé la surface d'amandes effilées, mais c'est vraiment du luxe ! Pudding_2

Et hop, au four assez chaud pour 40 minutes.

Pour ne pas laisser les amandes brûler... Pudding_3 il faut surveiller un petit peu la cuisson.
Avec un couteau, on peut décoller facilement les bords à la sortie du four, et donc démouler le pudding sur un plat, ce qui est plus facile pour le découper. Ce gâteau est meilleur froid, et délicieux servi avec une quenelle de glace à la vanille, nappée d'un peu de chocolat noir brûlant.

Bon appétit !

01 juillet 2008

Mon pain "maison"

Pain__c_

Je ne pense pas avoir "cédé à une mode". C'est mon porte-monnaie qui me l'a sussuré... "dis, tu ne trouves pas que le détour quotidien chez le boulanger devient un luxe ? " Une flûte coûte 1 € [ elle pèse 400 gr, pour ceux qui appellent ça autrement, un pain, par exemple au Pays basque !
- Ben oui, ma p'tite dame, c'est plus facile d'arrondir. Plus de monnaie, plus de queue... c'est plus facile et tout le monde est content !
Ce n'est pas vrai , non, je ne trouve pas du tout ça plus facile. Moi, je n'ai pas peur des centimes. Je ne rêve pas, la flûte était bien à moins de 5 francs en 2000. Vingt pour cent d'augmentation...
Et j'invite tous ceux, aisés ou fauchés, à refuser l'arrondi présenté comme facilitant. Il y a dans notre société des gens pour qui quinze centimes d'€ sont importants. Souvenez-vous... 1 franc... vous n'auriez pas laissé par terre cette pièce sans la ramasser ? Et maintenant je m'aperçois que beaucoup considèrent les centimes d'€ comme quantité négligeable...
Bon, je reviens à mes moutons ! en l'occurrence mon pain. Je n'achète pas que de la baguette banale, mais aussi des miches de pain de campagne au goût plus marqué. Entre 4 et 5 euros la boule, qui est dévorée le temps d'un week-end.
J'ai donc fini par calculer la somme que je laissais tous les mois chez mon boulanger.
Gloups. Cela fait tant que ça ?
Me voilà donc traînant mes pas à Lidl*, pour connaître le prix de leur farine à pain, celle qui est toute prête, avec levure incorporée. J'en avais déjà entendu parler, et j'avoue a posteriori que c'est une réussite. Pour 80 centimes d'€ le kilo de farine à pain de campagne me voici donc prête à devenir boulangère. Pain__a_

Voici la boule de pâte  après dix minutes de pétrissage.
700 ml d'eau et 1kg de farine paysanne.
Rien d'autre à ajouter !  Enfin... si...pour gloubiboulguer, parfois.... je vous dirai comment dans une autre note !

En avant pour le levage : il fait si chaud qu'un simple torchon et  la chaleur du soleil matinal suffit bien ....cet hiver ce sera le radiateur !  Le four légèrement préchauffé peut aussi suffire.          
Deux heures après la boule est belle et souple, mon four est chaud, un bol d'eau glissé sur la sole lui apporte la vapeur que le pain affectionne.  Pain__b_ J'entaille légèrement la surface de la boule et y passe mes mains bien humides afin que la croûte devienne craquante à souhait ! [cela me rappelle l'époque où je m'enduisais d'huile solaire avant de me griller au soleil... au risque de ressembler à un pruneau d'Agen desséché.]
Et c'est parti pour 50 minutes de cuisson, à 190 °, en compagnie d'une odeur magique.
Voilà, le pain est cuit. Pour 1 € [la farine et le gaz de la cuisson] j'ai donc un pain de plus d'environ 1 kilo 1/2, délicieux, et qui se conserve sans devoir en faire de la chapelure dès le lendemain...
Afin de le conserver plus longtemps, je divise la boule en deux et la conserve dans un torchon au frigo.

 

Par CookEco - Du pain... et plus si affinités - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2008

Le faux soufflé au fromage

L'histoire a débuté pendant la guerre, je crois.
Je ne sais pas vraiment, je n'étais pas née... mais une vieille grand-mère [ pas la mienne, je n'en n'ai jamais eu, c'est pour ça que j'appelle toutes les dames aux cheveux d'argent des grands-mères ] m'a confié cette recette. A cette époque j'avais 4 enfants à la maison, et des crédits, comme tout le monde. Les temps étaient durs... et mes enfants dotés d'un appétit solide.
    J'avoue l'avoir écoutée avec scepticisme. Mais en mon fort intérieur seulement... je suis très respectueuse des anciens.
Elle me racontait que là-bas, en Bretagne, dans leur ferme, ils avaient beaucoup de chance, parce qu'ils avaient des poules et deux vaches. C'était le guerre, et les parisiens n'avaient que leurs tickets de rationnement, eux...Donc ma vieille cuisinière bretonne avait des œufs, du lait, et du fromage qu'ils faisaient à partir de ce lait.
   Bien bien... ceci dit, j'aurais du mal à caser une vache dans mon jardin de 45 mètres carrés... donc leur fromage rustique a été aussitôt transformé en emmenthal dans ma tête !
Et je l'écoutais me parler de ce délicieux soufflé qu'ils faisaient, le dimanche, pour nourrir les amis et voisins. Un soufflé à servir à une dizaine de convives ? Mazette, c'est tout un art ! Alors qu'en réalité....

Dans un grand-grand plat à gratin, déposer :

des tranches assez fines de pain rassis (mais oui, bien sûr, avec la croûte !)
parsemer de sel-poivre (quant à moi, j'ai testé plus tard avec un peu de muscade, c'est parfait !)
recouvrir de fromage râpé..et continuer ainsi sur au moins trois étages. Terminer par du fromage.
Faire bouillir un litre et demi de lait, rajouter 6 œufs qui ont été fouettés à part. Bien mélanger le tout, et verser doucement dans le plat à gratin. Si vous êtes une tablée de 20 personnes, pensez à doubler les proportions...

    Maintenant, l'essentiel.

Prendre un bouquin, ou alors passer l'aspirateur, ou écrire dans son blog... bref, oubliez le plat ! Jusqu'à ce que le pain soit tout mou, ce qui n'est pas si rapide que ça ! Personnellement, je versais la potion magique bouillante le matin, stockait après refroidissement (le temps du petit-déjeuner) au frigo et faisait cuire le plat le soir en rentrant du boulot !
Une heure avant que la famille ne se mette à trépigner et que les gargouillis des ventres affamés ne se fassent entendre, allumer le four, assez chaud. Comme pour un gratin...

60 minutes plus tard, amenez sur la table un merveilleux plat gonflé comme une montgolfière. Que vous présenterez avec une salade bien craquante et relevée. Et n'oubliez pas de poser la question ; à votre avis, je l'ai fait avec quoi, ce soufflé ? Personne ne trouve...succès garanti !

Les photos seront rajoutées dès l'automne, à ce jour il fait bien trop chaud !