Mes recettes à 3 francs 6 sous [ça fait combien en € ? ]

L'imagination, c'est économique ! Et il n'y a pas de honte à avoir à transcender des poêlées de légumes surgelées...

12 novembre 2009

Perles du Japon et son caramel à la mangue

Une simple bouteille de nectar de mangue va me servir à préparer un entremets aux perles du Japon [ attention, c'est une forme de tapioca ! ] et un caramel de mangue pour accompagner une assiette agrémentée de quelques dés de fruits exotiques. Les sablés en crumble apportent juste la pointe de croustillance nécessaire. Un dessert très doux et frais, assez peu sucré... et même pas assez à mon goût !

Perles_du_Japon_mangue_A

Ingrédients
1 litre de nectar de mangue
1 petit ramequin de perles du Japon
quelques fruits exotiques frais, ou en conserve
Des sablés Sprits [ des vrais ou des faux ! ]
2 c à soupe de sucre

Verser dans les 3/4 du nectar chauffé, mais pas à ébullition, les perles du Japon. Ne pas faire bouillir et faire cuire une vingtaine de minutes en remuant très souvent. Les grains deviennent translucides quand ils sont cuits. Goûter et éventuellement sucrer suivant votre goût.
Réserver au frais.

Mangue

Avec le reste du nectar préparer le caramel en le faisant cuire à feu très vif dans une grande poêle, après y avoir rajouté un peu de sucre. En une dizaine de minutes il devient sirupeux. Stopper la cuisson quand il nappe la cuillère.

Caramel_et_sprits

Mixer les sablés en miettes fines.
Servir en moulant les perles du Japon dans un petit récipient passé sous l'eau froide, ou avec des cuillères.
Un autre dessert dont je raffole, puisque davantage sucré, ici, avec des perles du Japon cuites au lait de coco.

Vous voulez imprimer la recette ?


09 novembre 2009

Pour 3€, un dodu pilon de dinde farci et laqué

Pour 2€, j'ai trouvé un joli pilon de dinde... Si c'est une viande très économique, elle est souvent aussi assez sèche et un peu fade. Avec un tout petit peu de travail chirurgical -le fameux désossage de la bestiole- vous deviendrez vite vous aussi à l'affut de ces pilons qui se prêtent à toutes les variantes de farces et composent pour trois fois rien le menu de trois personnes.
Je vous ai déjà présenté une recette de cuisse de dinde farcie ici, où je vous montre en photo la chirurgie préconisée... mais aujourd'hui c'est le laquage de la peau qui sera mis en valeur.... ou comment obtenir une vraie peau craquante en surface et une chair moelleuse. Le mieux est de préparer le plat la veille.

Pilon_de_dinde_A

IngrédientsPilon_de_dinde_prix
1 pilon de dinde
Boulghour
Quelques raisins secs
3 c à soupe de miel
Un peu d'huile
Épices : gingembre en poudre, cumin, coriandre en poudre, quatre épices, sel, poivre
2 c à soupe de vinaigre balsamique

Faire gonfler deux minutes dans de l'eau bouillante salée un verre du boulghour et quelques raisins secs. Égoutter, puis rajouter un filet d'huile.
Enlever l'os du pilon en suivant doucement son contour avec un bon couteau.

Pilon_de_dinde_pr_paration

Préparer la marinade sucrée et épicée, en y rajoutant un peu d'huile.
Quand le pilon est désossé le farcir des céréales et le coudre solidement.
Passer l'index doucement entre la peau et la chair, pour la décoller : c'est assez facile.
Quand les chinois font leur canard laqué, qui est un vrai plat gastronomique, le cuisinier se sert d'une paille en bois et souffle pour parachever de décoller parfaitement la peau du canard. La cuisson demande plusieurs jours, entrecoupée d'un "séchage" à l'air libre en chaque cuisson. Quand le canard est découpé chaque convive reçoit une morceau de cette divine peau croustillante.
Mais revenons à notre tout simple pilon. Piquer la chair, recto-verso, de quelques coups de couteau et enduire de marinade.
Rabaisser la peau et la tartiner du reste de marinade.

Pilon_de_dinde_marinade

Mettre dans un plat avec un fond d'huile et faire cuire à feu assez doux, en arrosant tous les 1/4 d'heures... ça se mérite, le laquage ! Au bout d'une heure sortir le plat et le laisser sécher. Personnellement j'ai pu faire cuire des tuiles aux amandes et le lendemain un brownie pour profiter de la chaleur du four !
Le jour suivant, ou quelques heures après, poursuivre la cuisson, en arrosant toujours. S'il n'y avait plus assez de liquide dans le plat, rajouter un verre d'eau bouillant, et racler les sucs. Au bout d'une heure la peau du pilon est laquée et croquante à souhait !

Pilon_de_dinde_coupe

Découper la viande et  la servir avec quelques pommes de terre ou haricots verts.

Pilon_de_dinde_B

Pour une vraie leçon de désossage, allez donc sur cette note du blog Lesotlylaisse, c'est un professeur de cuisine qui vous y donne un cours particulier !

Vous voulez imprimer la recette ?

 

Par CookEco - Plats complets - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 novembre 2009

Crêpes de bananes... dix minutes et c'est prêt !

- Tu ne restes qu'un quart d'heure ?
Mon âme de maman-poule-cuisinière fut prise de remords [ mais si, parfois, ça m'arrive ! ] de n'avoir aucun dessert à offrir à mon étudiant de passage éclair.  Voilà donc comment il est resté dix minutes de plus... le temps de dévorer quelques crêpes de bananes toutes chaudes, nappées de sirop d'érable.

Cr_pes_de_bananes_a


Ingrédients pour une vingtaine de crêpesCr_pes_de_bananes_ingred
4 bananes mûres
250 g de farine
100 g de sucre roux
2 œufs
Une pincée de bicarbonate ou 1\2 sachet de levure

Tout en demandant des nouvelles des partiels et autres aventures étudiantes, jeter dans le mixer les bananes en rondelles épaisses et tous les autres ingrédients. En 1 minute c'est prêt. Pendant que le mixer tourne, faire chauffer un peu de margarine dans une très grande poêle. Y déposer des cuillerées de pâte.

Cr_pes_de_bananes_cuisson

Deux minutes de cuisson, on soulève délicatement avec une spatule et hop, opération dorage sur l'autre face, pour encore 2 minutes.  Surveiller le feu, il ne doit pas être trop fort ni trop modéré ! Dans ma poêle je fais cuire 7 à 8 crêpes à la fois.
(1 mn pour faire la pâte) + (4 mn de cuisson x 2 poêlées) + (dressage 1 mn)= 10 minutes.
Mathématiquement parlant c'est une géniale recette express.
Culinairement parlant mes enfants ont toujours adoré !

Cr_pes_de_bananes_b

Sortir le sirop d'érable, une assiette à dessert, et servir les petites crêpes bien chaudes, que l'étudiant pressé mais soudainement moins nappera de sirop parfumé.
Ceux qui n'utilisent pas de sirop d'érable [ malheureux, c'est tellement bon ! ] parfumeront la pâte avec de la vanille.

Vous voulez imprimer la recette ?  

Par CookEco - Bouches sucrées - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

03 novembre 2009

Chutney de tomates vertes

Tout à la fois acide, piquant et doux j'adore depuis toujours ce condiment qu'est le chutney. Ma mère ayant vécu en Angleterre, elle avait gardé certaines traditions culinaires indiennes savoureuses, dont le chutney à la mangue.  Devant toutes les  tomates vertes qui ont dû quitter le jardin l'idée m'est venue de tenter de les cuisiner "autrement".
Après la version sucrée, puis la version salée, voici le temps du condiment salé-sucré !

Chutney_de_tomates_vertes_A

Ingrédients [ prévoir une heure de préparation...et une heure de cuisson, pour 5 petits bocaux ]
1,6 kg de tomates vertesChutney_de_tomates_vertes__plucheur
2 très gros oignons
200g de sucre roux
1 pot de yaourt de miel
1/4 de litre de vinaigre blanc
1c à soupe de graines de moutarde
1c à soupe de graines de coriandre
1 tronçon de gingembre frais, ou congelé
5 clous de girofle
1c à soupe de gros sel
1c à café de quatre-épices
1c à café de piment [ facultatif ]
1c à café de poivre noir
Un peu de muscade

Peler les tomates...
Comme vous le constatez j'ai un petit instrument magique, un éplucheur à légumes dentelé. Même la peau des tomates mûres ne lui fait pas peur !
Couper les tomates en quartiers... et les épépiner. Les pépins de tomates deviennent amers en cuisant, l'opération est donc indispensable. C'est long, terriblement long ! J'avoue avoir regretté ne pas avoir de grand-mère au coin du feu qui s'en serait chargée... Recouper les tomates en morceaux de la taille d'un dé.
Après cette opération il reste environ 1,4 kg de tomates.

Chutney_de_tomates_vertes_oter_p_pins

Dans un grand fait-tout les mélanger avec les oignons coupés fins et tous les autres ingrédients. Piler  grossièrement les graines de moutarde et de coriandre, pour exhaler leur parfum. Remuer plusieurs fois  pour que les épices et le vinaigre se mélangent bien.

Chutney_de_tomates_vertes_ingredients

Mettre cuire, à couvert, à feu moyen. De temps en temps remuer, puis enlever le couvercle au bout de 45 minutes. Comme l'ensemble a réduit ! Mettre alors à feu vif sans cesser de remuer. Il ne doit presque plus y avoir de liquide et le chutney a la consistance d'une confiture épaisse.
Prendre un pilon à purée et écraser grossièrement les légumes. Il doit rester des morceaux, qui seront un régal à croquer ! Ôter les clous de girofle [ on les voit parfaitement ! ].

Chutney_de_tomates_vertes_bocaux

Mettre, bouillant, dans des petits bocaux qui ont été ébouillantés, ainsi que leurs couvercles, auparavant. Fermer les couvercles et laisser refroidir tête en bas.
Ce condiment est une petite merveille, à déguster avec des croustilles à l'apéritif, du riz bien chaud, un magret... et pour farcir du foie gras. Une fois le bocal entamé, le conserver au frigo.

Vous voulez imprimer la recette ?

30 octobre 2009

Tomates vertes panées à la Polenta

Il est temps d'arracher les pieds de tomates, même si ceux-ci sont encore couverts de fruits dodus... et verts. Après la version "cerise" et sucrée, dans le gâteau au chocolat et tomates cerises vertes,  je vous propose de préparer des tomates vertes, en entrée, servies chaudes et croustillantes sur un lit de salade. Un régal étonnant.
L'idée d'utiliser de la Polenta [ semoule de maïs ] m'est venue, alors que je me suis retrouvée démunie de chapelure de pain. Mais cette même recette peut se faire avec une chapelure classique.
Je lance donc ici un appel à tous mes collègues de travail fidèles à ce blog... J'ai besoin de vos restes de pain sec ! Chez moi, nous mangeons le pain maison jusqu'à la dernière tranche depuis que nous ne sommes plus que deux [ et oui, la gestion des stocks en est facilitée ! ]. Et je remercie tout particulièrement Chantale M. qui m'a offert une poche pleine de belles tomates vertes... La recette du chutney est là !

Tomate_verte_pan_e_b

Ingrédients
2 belles tomates vertes
2 œufs
Un peu de lait
De la Polenta fine [ ou de la chapelure de pain ]
Un peu de farine de riz [ je la trouve bien plus fine au goût ] ou de la farine tamisée blanche
Herbes de Provence

Tomate_verte_

Préparer trois assiettes différentes pour la farine de riz, les œufs battus avec un peu de lait salé et poivré, et la Polenta.

Tomate_verte_pan_e_ingred

Laver et essuyer les tomates, ne pas enlever la peau et les couper en tranches épaisses [ 2 cm ].
Les passer successivement dans la farine de riz, les œufs, puis la Polenta. Quant elles sont toutes panées, verser 1 c à soupe d'herbes de Provence dans les œufs battus et recommencer l'opération, en zappant l'étape farine de riz.
Faire chauffer un peu d'huile de l'huile dans une poêle, porter à feu moyen et faire griller les tranches en les retournant. En quinze minutes c'est prêt.

Tomate_verte_pan_e_cuisson

Disposer les tranches brûlantes sur des assiettes en compagnie de salade verte et de quelques tranches de Mozzarella pour un repas du soir complet et léger. La tomate verte, un fois cuite, devient moelleuse, et garde un petit goût acidulé très agréable. La Polenta frite est délicieuse ! Bien plus croustillante que de la chapelure classique.

Tomate_verte_pan_e_int_rieur

Tomate_verte_pan_e_salade

Tomate_verte_pan_e_macro

Vous voulez imprimer la recette ? 


27 octobre 2009

Gâteau à la confiture de lait, miroir de caramel

Les premiers frimas ont toujours eu cet effet sur moi ; j'ai envie de gâteaux. De ceux dont on se coupe une belle part, en tirant un peu la langue, de ceux qui se glissent dans une vraie assiette au moment du goûter. Les mignardises ne sont plus de mises dans ma cuisine, vive le vrai gâteau du dimanche, dodu et parfumé ! Pour lui donner un air de fête je l'ai maquillé d'une gelée au caramel, de celui qui ne colle pas au dent !

G_teau_confiture_de_lait_presque_entier

Ingrédients27800612_p
1 petite boîte de confiture de lait [ qui remplace le sucre ]
4 œufs
175g de farine
75 g de beurre aux cristaux de sel [ pour que ça croustille ]
1/2 sachet de levure chimique
1 petit verre de caramel
4 feuilles de gélatine

G_teau_confiture_de_lait__miroir_caramel_A

  • Le caramel, c'est autre chose. Je n'ai jamais écrit son mode d'emploi, mais j'en fait des bocaux depuis toujours. Je verse dans une casserole [ pas en Téf@l ] 1 kg de sucre en poudre que j'imbibe d'eau et je mets à chauffer à feu moyen-fort sans remuer. Quand une belle couleur blonde apparaît, je surveille attentivement, sous peine d'amertume. A blond foncé je stoppe la cuisson, protège main et avant-bras d'un torchon, et verse de l'eau. Attention aux éclaboussures ! je remue, remets sur le feu quelques minutes mon caramel qui devient bien liquide. Je le verse encore très chaud dans des bocaux dont je ferme immédiatement le couvercle.
    Pour ceux qui ont du mal à faire du caramel : je déconseille l'utilisation d'une casserole en Téf@l parce que ce revêtement empêche les grains de sucre de s'agglomérer tranquillement sur les bords pour commencer à caraméliser. Certains y arrivent peut-être, mais ma fille avait connu de nombreux échecs pour cette seule raison !
    On verse le sucre, on le mouille. Là, on peut remuer pour que tout le sucre soit bien imbibé. On racle les bords de la casserole où un peu de sucre a pu s'étaler, pour éviter la surchauffe à cet endroit.
    Mettre à feu ni trop fort ni trop doux. Et ne pas remuer. Le sucre va bouillonner. 
    Attendre la coloration pour remuer [ et ne surtout pas goûter du bout de la langue ou du doigt la cuillère, c'est terriblement brûlant ].
    Si, en refroidissant, votre caramel vous paraît trop épais, reversez le dans la casserole, rajouter de l'eau et faites chauffer.

G_teau_caramel

Ce caramel se réchauffe au micro-ondes, nappe tel quel les moules avant les tatins, se dépose en larmes dorées sur du fromage blanc...

Le gâteau
Fouetter la confiture de lait tiédie avec la farine tamisée. Rajouter le beurre fondu, puis les 4 jaunes d'œufs et la levure. Battre les blancs en neige et mélanger à la pâte. Verser dans un moule beurré et fariné [ ou en silicone, comme ici ]. Faire cuire environ 40 minutes, à four moyen-chaud [ comme pour un quatre-quarts ].

G_teau_ingred

Regardez comme il est joli, même sans son miroir de caramel. Je pense que ce doit être dû à la confiture de lait, car la croûte en est extrêmement brillante.

G_teau_nu

Miroir de caramel
Diluer un verre de caramel avec la même quantité d'eau et faire chauffer dans une casserole. Rajouter les feuilles de gélatines, essorées après avoir été ramollies dans de l'eau froide.
Et attendre...
La gelée ne sera versée sur le gâteau que quand il sera froid, et que la gelée commencera à se figer [ cela prend presque deux heures à température ambiante ]. En recouvrir le gâteau.
Attendre encore un peu, ou le glisser au frais.

Gel_e_de_caramel

Préparer le thé, ou le café, sortir les assiettes à dessert, un couteau à dent, la pelle à gâteaux. Et savourer par avance le petit bonheur de l'heure du goûter.

G_teau_confiture_de_lait__miroir_caramel_B

Ce gâteau a un parfum très doux, apporté par la confiture de lait, une couleur dorée à point. Retrouver des cristaux de sel dans la pâte est un vrai plus, il serait dommage de s'en priver !  Et la gelée de caramel apporte un peu de fraîcheur sans être trop sucrée. Un joli petit dessert aux couleurs de l'automne pour un dimanche d'octobre.

Vous voulez imprimer la recette ?

Par CookEco - Les gâteaux - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 octobre 2009

Education à l'Amphitryon

L'éducation que j'ai donnée à mes 4 enfants a connu divers chemins ;  l'amour [ pour  aimer vivre en compagnie des autres], la lecture [ pour avoir le goût de continuer à apprendre ], l'art et les sports [ des arts plastiques à ceux physiques ]. Pour le reste, charge a été donnée à l'éducation nationale... je ne fournissais quant à moi que les moyens de trouver les réponses à leurs questions.
Quand mes enfants ont franchi le cap de leurs 18 ans, il ne me restait plus que leur éducation gastronomique à faire. J'ai choisi le restaurant l'Amphitryon, dont le chef Yannick Delpech, Gault-Millau d'or, a maintenant 2 étoiles au Michelin. Et, chacun à leur tour, sont allés s'asseoir et émerveiller leurs yeux et leur palais d'un menu dégustation.  C'était donc mon quatrième repas dans ce restaurant... Ma benjamine attendait ce moment avec la même impatience que le droit de porter des talons hauts ; c'est chose faite !

Pr_sentation

Malgré mon désir de faire de belles photos pour immortaliser ces instants, la lumière n'a pas été suffisante... Tant pis, regardez et imaginez, le plaisir a été au rendez-vous. Mon menu dégustation différait un peu de celui de ma fille, ayant demandé à ce que les produits de la mer n'y figurent pas.

Mises en bouche sur le thème du pois chiche : soupe tiède de pois chiche -à la paille - crème de pois chiche et citron confit [à savourer de façon régressive comme ces glaces pousse-pousse de l'enfance ] accompagnés d'un petit panisse aux pieds de veau.

Pois_chiches

La seconde mise en bouche, sans photo, m'a enchantée ; tiramisu de foie gras, sur pulpe de potiron et crumble d'arachides, écume de parmesan.
Avec un Pouilly fumé Vieilles Vignes 2007 Delorme.

Retour d'une promenade en sous-bois... pour moi.
Trois croustilles de pain, une accompagnée de mousse de foie gras, l'autre tapissée de magret de canard mariné, la troisième étant fourrée d'un peu de fromage fondant. Petite soupe de châtaigne au verre, chaude, et, dans une coquille d'œuf, des cèpes poêlés surmontés d'un sabayon. Une assiette très parfumée.

Sous_bois

Pour elle :
Sardine fraîche, crème onctueuse de morue et œufs de hareng. Un ensemble puissamment iodé qu'elle a tout simplement adoré.
Accompagné d'un Riesling très sec, un Côte de Rouffach 2007.

Sardine

Foie gras de canard, oignon doux des Cévennes. Le petit oignon ne comportait qu'une feuille confite qui  enveloppait une farce fine. L'assiette de ma fille était surmontée d'une écume d'huître. Un excellent foie gras bien mis en valeur par un parfum de câpres et pignons de pin.

Foie_gras

Pour moi ; bœuf mariné façon Tataki et nem croustillant, sabayon au vinaigre d'échalote.
J'ai craqué pour ce nem très croustillant qui était enveloppé de très fines lamelles de bœuf cru mariné. Une réussite que le flou de la photo désavantage !

Boeuf_tataki

Pour elle ; cabillaud en deux cuissons, poutargue et parfum de Dulce. Pas de photo... mais ma fille a découvert avec bonheur des saveurs parfaitement inconnues de son palais !

Fraîcheur de roquette et pousses tendres. Je connaissais ce sorbet de salade pour y avoir déjà goûté. J'avais tellement aimé ce "trou normand" en salade que j'avais tenté [ sans vraiment le réussir ] de le refaire à la maison... La gastronomie, cela ne s'improvise pas !

Roquette

LE plat absolument sublime ; défait de pigeonneau du Mont Royal rôti et fumé, crème de Ratte et truffe noire. Une merveille, avec une cuisson rosée à cœur, une sauce laquée diabolique, la douceur de la Ratte et le parfum de la truffe.
Accompagné d'un verre de vin du Languedoc-Roussillon, 2007 Faugères, Cottebrune Transhumance.

Pigeonneau

Fromage ; poire Doyenne pochée au vin d'épices, Bleu d'Auvergne et nougatine.
Une assiette très classique, qui m'a un peu surprise par sa grande simplicité. Mais l'ensemble était bien équilibré.

Fromage


Premier dessert ; sabayon de crème de marron en transparence de pomme verte, sorbet Granny Smith.
Un ensemble parfait. Le marron, toujours très sucré était mis en valeur par  la douceur acidulée de la pomme verte.

Pomme_verte

Second dessert ; En cas de chocolat noir sur riz soufflé caramélisé, coussinets de mangue fraîche et passion, sorbet au cacao. Cet ensemble visuellement très réussi, qui alterne l'amer, le craquant, le glacé, le moelleux,  était parfait !

Chocolat

Mignardises ; crème brûlée à la lavande, macarons au cachou Lajaunie [à réserver aux amateurs de réglisse, dont je suis ! ], tuile fine accompagnée de son tube de crème au chocolat régressive pour y dessiner un entrelacs de douceur.

Mignardises

Le menu dégustation est à 115€. L'accord des mets et des vins à 45€.

Le prix d'une éducation culinaire qui laisse des éclats de bonheur au coin des papilles !
L'important pour mes enfants est d'avoir appris que l'on peut se nourrir avec bonheur pour trois francs six sous, et un jour s'offrir ce magnifique cadeau qu'est un repas gastronomique.



Par CookEco - Petits riens qui font du bien - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 octobre 2009

Un pot au feu flamboyant

Le ciel d'hiver se pare parfois de rouge au soleil couchant. Quelle plus belle inspiration que ce spectacle ? Pour changer un peu du traditionnel pot-au-feu et s'amuser à servir un bouillon parfumé et d'un rouge flamboyant, je vous propose de revisiter ce plat traditionnel.

Pot_au_feu_rouge_bouillon

Pot_au_feu_rouge_l_gumes

Ingrédients
1 petit chou rouge
1 betterave crue
4 oignons nouveaux rouges
1 poivron rouge
P de terre Roseval
500g de collier, 300g de plat de côte, 600g de jarret, 1 os à moelle [ gîte, paleron, joue ou queue de bœuf... tout ce qui se prête au traditionnel "bouili" suivant l'étal du boucher ]

Pot_au_feu_rouge_l_gumes_macro

Faire cuire 40 minutes en cocotte minute les viandes, avec 1 des oignons piqué de clous de girofle, quelques gousses d'ail, 1 bouquet garni, 1/4 de la betterave crue et 1 c à café bombée de gros sel.

Pendant ce temps faire blanchir 15 minutes le chou rouge coupé en quatre [ la pré cuisson le rendra plus digeste ]. Rincer à l'eau froide pour cesser sa cuisson. S'émerveiller de la couleur violine qu'a pris le chou...
Égoutter les viandes du bouillon, les conserver au chaud.

Pot_au_feu_rouge_a

Dans le bouillon faire cuire 20 minutes les pommes de terre et le reste de la betterave rouge qui a simplement été coupée en quatre. En garder un petit morceau cru qui sera servie avec le bouillon. La betterave restera un peu ferme, juste à point pour révéler une saveur encore proche de celle crue.

Pendant ce temps faire griller une belle tranche de pain de campagne. Sortir délicatement la moelle, la couper en rondelles et la poser sur le pain bien chaud et croustillant. Jeter une volée de fleur de sel. Et manger, les yeux fermés, encore debout dans la cuisine... C'est la récompense octroyée à la cuisinière pour le nettoyage de ces gouttelettes rouges et bleues qui parsèment la cuisine...

Pot_au_feu_moelle

Dix minutes avant la fin de la cuisson des pommes de terre, mettre dans le bouillon le chou, le poivron rouge cru, les oignons restants et les viandes découpées.
Servir dans des assiettes transparentes le bouillon brûlant et rosé, râper un peu de betterave crue au-dessus, remuer et assister à la superbe coloration rouge qui se produit alors. Une pointe de crème est admise pour ceux qui se souviennent avec plaisir du parfum du bortch russe.

Pot_au_feu_rouge_bouillon_a

Servir les légumes et la viande et s'émerveiller de si belles couleurs tout à fait naturelles...
PS : pendant la guerre les belles se frottaient les joues de betterave crue pour faire oublier leur pâleur. Y penser en se lavant les mains en pestant...

Vous voulez imprimer la recette ?  


Par CookEco - Plats complets - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 octobre 2009

Tarte croustillante aux tomates cerises

Alors que l'automne est là, le Sud de la France vit en été. Et les pieds de tomates cerises croulent encore sous les fruits. C'est peut-être la dernière tarte de mon potager, il lui fallait  donc un habit de fête, un voile de parmesan croustillant permet d'allier le fondant et le craquant avec bonheur.

Tarteaa

Ingrédients
Un gros bol de tomates cerise
300g de pâte feuilletée
1 grosse c à soupe de moutarde forte
1 grosse c à soupe de crème fraîche
Herbes de Provence, filet d'huile d'olive
1 ramequin de parmesan fraîchement râpé fin

Étaler la pâte feuilletée en rectangle, et utiliser cette roulette si jolie qui ne sert qu'à faire de jolies découpes. Faire un rebord tout autour, pour éviter que les petits légumes ne s'échappent à la cuisson. Ne pas faire adhérer le repli [ le soulever de la pointe du couteau ], il s'agit de créer une sur-épaisseur où le jus va couler et permettre aux bords de ne pas être secs. Festonner, juste pour le plaisir des yeux.

Tarte_p_te

Piqueter le fond, y étaler la moutarde, puis la crème et poudrer généreusement d'herbes de Provence. Disposer les tomates, bien serrées et en rajouter deci-delà, en hauteur [ elles réduisent beaucoup à la cuisson ].
Laisser un peu au frigo si vous en avez le temps, et faire cuire environ 40 minutes à four chaud.

Tarte_fond

Faire glisser immédiatement la tarte sur une grille pour éviter de détremper le fond, voiler d'un peu d'huile Tarte_macrod'olive et refaire cuire 5 minutes, ce qui permet au fond de tarte de devenir bien croustillant.
Juste avant de servir la tarte, la poudrer de parmesan, allumer un chalumeau et faire griller le fromage. Le parmesan, quand il est en couche fine, devient alors très croustillant. [ce qui permet d'en faire des tuiles en déposant des petits tas de parmesan frais et râpé dans une poêle]. Le chalumeau permet de saisir le fromage, mais vous pouvez passer la tarte sous le grill du four, déjà brûlant. Mon vieux four si vaillant a perdu cette fonction ! 25 ans de bons et loyaux services, quand même !

Tarte_feu

Bien sûr quelques tomates auront pris un "coup de chaud", mais quel parfum elles développent alors, avec leur petite peau noircie !
Quant aux tomates vertes, je voulais tester leur goût ; trop amer, je vous le déconseille, mais c'est joli ! Par contre vous pouvez les confire au sucre et les utiliser comme de gros raisins secs dans un gâteau, c'est un petit bonheur...
Cette tarte, bien parfumée grâce à la moutarde et aux herbes de Provence est délicieuse sous sa couche de parmesan croustillante. Servie brûlante, avec une salade verte je vous promets un voyage au cœur de l'été.

Tarte_a

Vous voulez imprimer la recette ?

Ego et moi-même sommes fiers de vous annoncer que CookEco a reçu une proposition pour passer dans une émission de Télévision, 100% Mag. Mais comme je boycotte la télé depuis plusieurs années... tant pis ! Vous ne me verrez pas en chair et en os.

 

24 septembre 2009

Tajine de poulet au citron confit

Il s'en est fallu de peu pour que je n'oublie de publier ici cette recette familiale, qui a su plaire à tous mes enfants.
J'en entends soupirer "dire qu'avec un seul j'ai du mal"... c'est ignorer le merveilleux booster que sont les grandes tablées d'enfants. Celui qui chipote tel ou tel morceau se le fait subtiliser immédiatement par un plus gourmand que lui. Et là... les rouages de la jalousie s'occupent de tout le reste.
Bref, cette tajine, fort économique, a le bon goût de mijoter en développant des arômes de safran, de citron et de coriandre fraîche. Un petit bonheur...
Mais dépêchez vous ... les citrons ont besoin de confire 3 mois dans le sel avant utilisation ! Les pressés les achèteront tout prêts au marché, dans les épiceries arabes ou parfois même au supermarché. Et les patients suivre la recette indiquée tout en bas.
Quant aux photos... nous étions 8 à table et j'avoue avoir été trop occupée pour photographier patiemment une belle assiette... Qu'importe le flacon, l'ivresse était présente !

Tajine_poulet__coriandre_

Ingrédients pour 6 à 8 assiettes
1 pouletTajine_poulet_ingred
Blancs de poulet [1/2 par convive ]
3 citrons confits au sel [ pas à l'huile ]
3 citrons frais
500 g d'olives vertes dénoyautées
2 oignons
5 gousses d'ail
1 bouquet de coriandre fraîche
Safran [ environ 10 filaments ],  poivre

La veille, ou au moins deux heures avant, couper le poulet, planter quelques coups de couteau dans les chairs [ un jour de stress au travail c'est un parfait calmant ], et laisser mariner au frais avec le jus des 3  citrons frais.
Dans une cocotte si possible en fonte, ou un plat à tajine, bien sûr, faire blondir à feu doux les oignons hachés dans un peu d'huile d'olive . Égoutter les morceaux de  poulet, et mettre dans la marinade les blancs, qui ne seront rajoutés au tajine qu'une demi-heure avant de servir le plat.

Faire dorer le poulet - légèrement- rajouter le safran, l'ail, du poivre et les olives vertes rincées à l'eau chaude, puis froide. Attention ne pas saler !

Tajine_poulet_safran

Rincer les citrons confits. Les ouvrir pour en retirer la chair. Normalement on n'utilise que les écorces. MaisTajine_poulet_citrons_confits moi... je mange la pulpe extrêmement salée avec bonheur ! Les couper en petits morceaux et les ajouter dans le tajine. Rajouter éventuellement 1/2 verre d'eau. Couvrir et laisser mijoter une heure.
Au bout d'une heure, enlever les morceaux de poulet pour les débarrasser de leur peau [ et tout le monde est content, le médecin et le gourmand ! ]. Rajouter les blancs après les avoir coupé en deux [ un morceau par assiette ]. Couper au ciseau le bouquet de coriandre et laisser cuire encore une demi-heure. Goûter et rectifier l'assaisonnement [ poivre, pointe de piment... ].
C'est tout simple, très parfumé, avec une sauce idéale pour être déposée dans un petit volcan de purée de pommes de terre maison. Ou qui se glissera dans des petites pâtes creuses.

Tajine_poulet____cuire_

Citrons confits

acheter de gros citrons, à l'écorce épaisse, et de culture biologique. Les savonner et les rincer malgré tout avant de les utiliser.
Les entailler sans aller jusqu'au bout, de façon à avoir 4 quartiers. Les écarter et les bourrer un à un de gros sel gris. Je ne saurais trop vous conseiller de faire cette opération sur une assiette creuse. Et de n'avoir aucune coupure sur la main...
Tasser les citrons dans un grand bocal ébouillanté [ forcez le passage, ils vont réduire quand le sel aura fondu ]. Recouvrir d'eau bouillante, fermer [ couvercle ébouillanté lui aussi ! ] et oublier au moins trois mois. Si vous aimez les citrons confits n'hésitez pas à en faire plusieurs bocaux. Ils se conservent très longtemps. Si quelques moisissures se développaient à la surface de l'eau, n'ayez crainte, rincez vos citrons qui seront parfaitement consommables [ leçon à retenir ; il est impératif d'ébouillanter le bocal et son couvercle ].

Vous voulez imprimer la recette ?